« Sept milliards pour accroître la pauvreté | Accueil | Cachez cette cigarette que je ne saurais voir »

01 juillet 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Guillaume Filion

Je lisais l'article de Popular Science sur la sécurité dans les exploitations pétrolières (http://www.popsci.com/technology/article/2010-06/when-things-fall-apart) et on y constate la grande différence entre les exploitations américaines et africaines.

Il me semble qu'on ne peut expliquer cette grande différence que par le "long bras de la coercition étatique."

Comment les normes de sécurité et de respect de l'environnement pourraient-elles être respectées dans une société libertarienne?

Stéphane

Comment une administration qui c'est fait élire sur le thème du "changement"
n'a pas la moindre volonté d'aller mettre son nez dans le coeur du problème ?

http://dailybail.com/home/the-fed-under-fire-the-federal-reserve-is-the-black-hole-in.html , démentiel !!

La naissance de la Réserve Fédérale des États-unis et son fonctionnement...
hasardeux:

http://video.google.com/videoplay?docid=638447372044116845&hl=fr&emb=1#

Vous avez dit "démentiel" ?

GBS

Bonjours à tous,

Donc j'aimerais lancer une discussion d'un point de vue libertarien sur le sommet du G20.

À mon avis on a eu droit à un État policier pour contrôler les manifestants, mais qui majoritairement réclament rien de moins que le communisme....

UN fait intéressant à noter est que il semble y avoir eu 40 000 manifestants pour un somment de renommée mondiale alors que la radio de Québec peut en réunir 50 000 pour demander une baisse des dépenses du gouvernement... Et que pour ces 50 000, le coût de la sécurité est très proche de 0 est celui de la casse est de 0 (même pas de canettes à ramasser, clean de A à Z). Donc on ne peut pas dire que c'est l'État qui veut réprimer les manifestations pacifiques (en tout cas pas celles qui le sont vraiment....)

Stéphane

Suite sur le "changement":

Un début de réponse... peut-être ?

Dans les 10 premiers contributeurs pour les campagnes électorales de Barack Obama: 3 sont des grandes banques (Qui ont profitées de la nationalisation de leur dettes privées),
http://www.opensecrets.org/pres08/contrib.php?cycle=2008&cid=N00009638 ,

Et de John McCain: 9 sur 10 sont de grandes banques...
http://www.opensecrets.org/pres08/contrib.php?cycle=2008&cid=n00006424 ,

"Scratch my back, i'll scratch yours", refrain connu !

Çà ressemble à un cercle vicieux qui ne peut se briser qu'en rencontrant
un mur de brique "épais comme çà".

Justement, comment briser ce vice de fonctionnement des états, où une fois
qu'ils sont élus, les partis politiques s'empressent de satisfaire la\les clientèles qui les ont portés au pouvoir, plutôt que de faire face à la réalité des enjeux et des problèmes ? Ce "défaut de fabrication" est répandu autant içi au québec, qu'ailleurs.

Mathieu NV

@GBS:

Le problème est justement que l'on fait affaire à des groupes criminels bien organisés dans les événements survenus lors de la manifestations du G8.

Par contre, pour une manifestation du genre grassroots pacifique comme à Québec, regardez la clientèle, il s'agit pour la grande majorité de gens qui ont un emploi et qui ont parfois une famille ce qui a rien à voir avec les quasi-manifestants professionnels lors des sommets.

Steven

@Guillaume Fillion

La réponse à votre question concernant le dégât de BP et Transocean se divise en 2 volets. Tout d'abord, il y a le volet des droits de propriété privé mal définis. En Afrique, c'est pire, les compagnies n'ont qu'à payer le gouvernement corrompu et "pouf" le tour est joué. Le gouvernement de l'État corrompu africain s'enrichi et il sait que s'il y a un dégât, il n'a qu'à jouer la pauvre victime africaine de la méchante compagnie pétrolière venant exploiter son peuple sans qu'il ne puisse rien y faire. Il demandera de l'argent des pays riches afin de nettoyer le dégât. Si la zone de forage (et les zones l'entourant) appartenait à un particulier, la compagnie aurait tout intérêt à mettre des mécanismes de sécurité en place afin de ne pas se faire poursuivre à tour de bras par les propriétaires affectés par le déversemment. C'est également ce qui est arrivé aux USA avec la loi de 1990 plaçant le montant maximal de réparation de dégâts à 75 millions de $. C'est du "change" pour les compagnies pétrolières. Il coûte moins cher de se préocuper peu de la sécurité que de payer le 75 millions de dollars. Il est également certains que certains membres du congrès américain ont dû recevoir un joli montant afin de présenter ce projet de loi. Lorsque l'État s'arroge les pouvoirs de réglementer tout ce qu'il veut dans l'économie, il est certain qu'il va y a voir plein de parasites autour de lui afin de prendre avantage de la situation et des fonds publiques. Un politicien se fout un peu plus de la propriété publique qu'un propriétaire d'un terrain privé. Un espace publique est un espace qui n'appartient à personne et personne n'est incité à bien s'en occuper car l'argent et le labeur ne lui rapporte rien.

La seconde partie de la réponse à votre question se trouve là:
http://mises.org/daily/4488

Le gouvernement, par sa réglementation a en effet incité les compagnies pétrolières à forer plus loin en mer. Plus c'est creux, plus c'est difficile à réparer un dégât. On ne serait pas dans cette situation si la compagnie avait forer sur le sol ou en mer peu profonde.

Kevin

Petite information intéressante pour illustrer la masturbation intellectuelle de nos fonctionnaires :

L'autre jour mon père se promène en Ontario (il est un trucker), il écoute Radio-Canada francophone dans son truck et à un moment donné, ils parlent de météo et annoncent une "tempête rotative" dans le sud de l'Ontario. Il a eu beau chercher, il ne trouve strictement rien nul part sur les "tempêtes rotatives". On suppose que c'est une tornade.

Après les non-voyant, les malentendant, voici les tempête rotative!!!

Sébas

@ GBS et Mathieu NV :

Manifs aux sommets mondiaux: réalité ou fiction ?


***

Scénario d'un mauvais film -de série b- ou réalité (sur une assez longue période)?


Acte I:

Création des banques centrales et des grands oligopoles bancaires occidentaux!

Acte II:

Monopolisation des capitaux et du pouvoir entre quelques mains... qui se disent capitalistes mais qui sont en réalité, des communistes pour un gouvernement mondial.

ACTE III:

2 «Grandes» guerres mondiales (et bientôt une 3e ?), financées et encouragées par ces mêmes oligopoles... pour traumatiser des populations entières, pour ensuite proposer des solutions déjà imaginées d'avances: sociétés des nations, onu, fmi, banque mondiale, omc, etc... «solutions» qui n'auraient jamais été acceptées autrement.


ACTE IV:

Détruitre toutes les valeurs morales (i.e. tout devient relatif), discréditer toutes les institutions (familles, états, politiciens, Églises, banques et banquiers, etc), par le moyen des conglomérats médiatiques/universités étatiques, detenus/contrôlées de vrais communistes.


ACTE V:

Financer des groupes «anticapiltistes et anarchiques» (ironique lorsque l'on sait que le libre marché n'existe pratiquement plus et que les banquiers «keynésiens» doivent leurs existences/pouvoirs aux lois étatiques, mais passons), pour confronter la police et les «leaders capitalistes»

La suite dans un cinéma près de chez vous... ou dans la réalité ?

GBS

@ Sebas,

Effectivement, on se demande des fois ou sont les vrais communistes, dans la rue ou bien dans le caviar......

Quoique je félicite notre pm d'avoir soit disant bloqué le processus de Copenhague (probablement que ce n'est pas vrai, probablement qu'il a rien fait mais bon il est la bête noir, le prix fossile) et ensuite pour bloquer la taxe bancaire.

Dans un pays comme le Canada, les manifestants sont subventionnés par les taxes, les dirigeant parlent de toutes sortes de niaiseries dans le caviar, les grand perdants sont les commerçant qui bien que les policiers syndiqués ne les protègent pas n'ont pas le droit d'avoir leur fusil en dessous du comptoir.... J'aurais bien aimé apprendre qu'un manifestants de noir cagoulé c'est fait descendre par un propriétaire de café, cela aurait été une vraie nouvelle, pas comme la fausse répression d'idiots qui se lancent devant des chevaux ou comme à Londres giflent un chien et montrent leur plaie......

Mathieu NV

Le problème vient que ces manifestants sont simplement des organisations qui sont franchement bien organisées dont leur seul but est de s'organiser pour faire un show de caméras.

Or, lorsque j'ai vu des petits commerçants qui se font attaquer (et cela à l'instar de la supposée manifestation contre la manifestation policière qui se passe à chaque année à Montréal), autant dire que ces groupes sont probablement à l'image de l'hypocrisie la plus totale dont ces groupes utilisent surtout qu'ils vont en réalité hors des valeurs anarchistes.

Est-ce que attaquer le dépanneur Wong ou bien le Tony's Pizza est vraiment une réflexion que le seul symbole que ces gens utilisent leur pseudo-prétexte pour frapper tout ce qui bouge? En ce cas, j'aurais bien aimé voir les commerçants avoir eu des armes. Quand même, je suis certain qu'une grande majorité de ces manifestants entrent dans les révolutionnaires caviar.

Sébas

@ GBS:

TOUT ce qui se passe -offciellement- dans les médias et en politique me laisse indifférent. TOUT ou presque est illusions et manipulations...

J'aimerais vraiment un monde où la politique n'a presque plus d'emprise sur nos vies («tout n'est PAS politique!!!»).
Je suis vraiment tanné que trop de personnes veulent/aiment politiser nos vies.

*

En tout cas, mon scénario de film (?), disait que ces manifestants (altermondialistes, écologistes, anarchiques, anticapitalistes, etc), étaient financés -oui par nos taxes- mais plus exactement, par l'état-providence... pour demander toujours plus de lois pour reglementer le secteur bancaire... et nos vies dans les moindres détails... et -sans le dire ouvertement- pour demander l'avènement de l'état communiste... mondial. C'est aussi le discours de presque tous les «grands» médias occidentaux !

Cette «révolution» (comme la révolution russe de 17), est 100% contrôlée par une petite poignée de personnes ! Qui? A vous de le découvrir ! La réalité dépasse vraiment la fiction. Et c'est assez difficile de percevoir la réalité à travers toutes ces illusions et mensonges.

*

Qui finance l'état: nous... mais encore dans quelle proportion?
L'état est surtout financé par la dette.
La dette est inventée par des banques qui inventent du pouvoir/de la richesse.
Et qui donne ce pouvoir aux banques?
L'état.

Mon film est vraiment pourri ou est-ce la réalité?

***

En passant, un nouveau livre vient de sortir... il a l'air TRES bon:

Commentaire sur ce livre («Tea Party Manifesto»):

"Unlike other books that seek to restrain the movement from venturing away from economic, or what I call 'materialistic', issues, this book explains that it is an absolute must to do so if the movement is to be successful, effective and long-lasting."

Just as he did in "Taking America Back," Farah turns to the founding fathers for inspiration.

"The founders didn't limit their grievances or their vision to materialistic issues," he says. "They had a vision for something that had never before been achieved in the history of the world – an independent, self-governing nation with strict constraints on government, not the people. That vision is not obsolete today. But it requires a moral renewal, not just a political one."

Texte complet:
http://www.wnd.com/index.php?fa=PAGE.view&pageId=168041

*

Là est une piste pour que notre message passe encore mieux.

Ceux qui veulent la liberté parlent -trop souvent- comme des matérialistes (comme les économistes et comptables, qui passent pour des égoistes finis?), alors que l'enjeu est MORAL.

***

Et finalement, trop de non-libertariens -pour l'instant- pensent et disent que la liberté = à anarchie !

Et pourtant, des pays entiers ont vécu la liberté et ce n'était PAS l'anarchie.

La réalité ?
La liberté = responsabilisation
Le contrôle étatique de la monnaie et de nos vies = esclavage = irresponsabilité.

Steven

Il faut vraiment arrêter d'appeler ces manifestants des anarchistes. Ces manifestants militent pour une intervention accrue de l'État dans le domaine de la redistribution de la richesse et la réglementation. Ça n'a rien à voir avec l'anarchie mais bien avec le socialisme et le communisme. Si les journalistes étaient vraiment compétents, ils les appeleraient les "manifestants communistes" ou les "manifestants socialistes".

Les manifestants du G8 ou G20 ne veulent rien savoir d'un retrait du gouvernement de nos vies. Ils sont fâchés après le gouvernement parce qu'il ne nous dirige pas assez et ne spolient pas assez ces "maudits capitalistes"

Sébas

@ Steven:

Je ne peux être plus d'accord avec vous.

Par contre, si mon «scénario de mon film» est réel et que je ne suis pas un parano portant un tin foil hat, les médias-du-troupeau (et leurs «experts-invités» qui ne savent rien de la réalité économique et non-démocratique dans laquelle nous vivons), DOIVENT suivre sur le «script» jusqu'au bout...

L'illusion est quasi parfaite... comme dans les films d'Hollywood.
;-)

Eric Folot

Mon opinion au sujet de l'euthanasie et de l'aide au suicide :

OUI à l'aide au suicide, mais NON à l'euthanasie !

Au sujet de la différence entre l'euthanasie et l'aide au suicide, il faut distinguer entre les arguments juridiques, éthiques et religieux. On ne peut pas simplement affirmer sans nuance qu'il n'existe pas de différence entre les deux : dans un cas c'est le patient lui-même qui s'enlève la vie (aide au suicide) alors que dans l'autre c'est le médecin qui la retire. Il faut d'abord préciser sur quel terrain (juridique, éthique ou religieux) on tire notre argumentation. Si l'on se situe sur le terrain de l'éthique, on peut raisonnablement soutenir qu'il n'existe pas de différence. Cependant, si l'on se situe sur le terrain juridique, il existe toute une différence entre l'euthanasie (qualifié de meurtre au premier degré dont la peine minimale est l'emprisonnement à perpétuité) et l'aide au suicide (qui ne constitue pas un meurtre, ni un homicide et dont la peine maximale est de 14 ans d'emprisonnement). Dans le cas de l'aide au suicide, la cause de la mort est le suicide du patient et l'aide au suicide constitue d'une certaine manière une forme de complicité. Mais comme la tentative de suicide a été décriminalisée au Canada en 1972, cette complicité ne fait aucun sens, car il ne peut exister qu'une complicité que s'il existe une infraction principale. Or le suicide (ou tentative de suicide) n'est plus une infraction depuis 1972. Donc il ne peut logiquement y avoir de complicité au suicide. Cette infraction de l'aide au suicide est donc un non-sens.

En revanche, l'euthanasie volontaire est présentement considérée comme un meurtre au premier degré. Le médecin tue son patient (à sa demande) par compassion afin de soulager ses douleurs et souffrances. Il y a ici une transgression à l'un des principes éthiques et juridiques des plus fondamentaux à savoir l'interdiction de tuer ou de porter atteinte à la vie d'autrui. Nos sociétés démocratiques reposent sur le principe que nul ne peut retirer la vie à autrui. Le contrat social « a pour fin la conservation des contractants » et la protection de la vie a toujours fondé le tissu social. On a d'ailleurs aboli la peine de mort en 1976 ! Si l'euthanasie volontaire (à la demande du patient souffrant) peut, dans certaines circonstances, se justifier éthiquement, on ne peut, par raccourcit de l'esprit, conclure que l'euthanasie doit être légalisée ou décriminalisée. La légalisation ou la décriminalisation d'un acte exige la prise en compte des conséquences sociales que cette légalisation ou cette décriminalisation peut engendrer. Les indéniables risques d'abus (surtout pour les personnes faibles et vulnérables qui ne sont pas en mesure d'exprimer leur volonté) et les risques d'érosion de l'ethos social par la reconnaissance de cette pratique sont des facteurs qui doivent être pris en compte. Les risques de pente glissante de l'euthanasie volontaire (à la demande du patient apte) à l'euthanasie non volontaire (sans le consentement du patient inapte) ou involontaire (sans égard ou à l'encontre du consentement du patient apte) sont bien réels comme le confirme la Commission de réforme du droit au Canada qui affirme :

« Il existe, tout d'abord, un danger réel que la procédure mise au
point pour permettre de tuer ceux qui se sentent un fardeau pour
eux-mêmes, ne soit détournée progressivement de son but premier,
et ne serve aussi éventuellement à éliminer ceux qui sont un
fardeau pour les autres ou pour la société. C'est là l'argument dit du
doigt dans l'engrenage qui, pour être connu, n'en est pas moins
réel. Il existe aussi le danger que, dans bien des cas, le
consentement à l'euthanasie ne soit pas vraiment un acte
parfaitement libre et volontaire ».

Eric Folot

Mathieu NV

@Steven:

Autant dire que je suis à 100% d'accord avec vous, mais je suis certain que même ceux qui se considèrent ''anarchistes'' sont en fait des communistes ou simplement des gens qui utilisent un dogme le moins clair possible afin de pouvoir justifier leurs actions discutables.

En tout cas, il n'ont absolument rien à voir avec des anarcho-capitalistes comme Pierre Lemieux dont j'ai un grand respect.

Tout comme les libertaires dont la majorité (mais pas tous car il en existe une minorité qui sont relativement près des libertariens) sont des anarcho-communistes mis sur un nouvel emballage en voulant indirectement un état plus gros.

Mathieu NV

@Sébas:

Ces supposés manifestants sont souvent ceux dont on soupçonne le moins.

Or, rien de plus facile à une organisation politique ou corporatiste (dans le genre d'un syndicat) de trouver un couvert comme que des groupes socialistes, communistes et fascistes ont fait pendant plusieurs années ici-même.

GBS

@ Sebas,

Bien en fait on peut dire que les manifestants sont des anarchistes, puisqu'ils veulent le chaos, qui est souvent suivi par une lutte entre communistes, fascistes et parfois même intégriste religieux (qui ont gagné en Iran par exemple).

Mon concept libertarien s'apparente à la république, il doit y avoir une loi, pour assurer la propriété privée et les libertés fondamentales.

Plusieurs l'ignorent sans doute, mais l'anarchie est un état de passage vers autre chose... Que ce soit une dictature religieuse, fasciste ou communiste, bien quand à moi cela revient au même....

Sérieux ou est ce que vous classeriez le black block....???? Difficiles, des communistes... mais aussi des nazis pour leurs haine des juifs.... ou encore des intégriste religieux (avec le réchauffement pour religion)......

Bref il y a probablement des trois dans ce mouvement (en plus d'un paquet de paumés en manque de voler une caisse de bière)... Et si ils foutraient vraiment le chaos, ils en auraient pour plusieurs années à s'entretuer....

Derteilzeitberliner.wordpress.com

Je pourrais parler de Toronto plus longuement mais il se fait tard, donc une seule remarque:

Depuis samedi, et encore jeudi soir sur RDI, on les entend chialer contre les banques capitalistes. On a vu les vitres d'un succursale de la Scotia défoncées.

Je me suis demandé, sont-ils conséquents au point d'avoir tout leur argent dans un sac sous leur lit? Comme ils s'en prennent aux "banques capitalistes", auraient-ils épargnés la Caisse populaire si la manif était passée devant la succursale de la rue Bay?

Enfin, disons que malgré que je respecte au plus haut point le droit à la dissidence, ils n'ont définitivement ni les méthodes ni les arguments pour m'accrocher!

Stéphane Dumas

J'ai repéré un éditorial intéressant sur le site Libres.org http://www.libres.org/francais/conjoncture/062910_millionnaires.htm
J'ai pensé à poster un petit extrait, le voici

"....Un récent sondage montre que 52% des Américains admirent les riches et 8% seulement ne les aiment pas. On ne veut pas dépouiller les riches, on veut suivre leurs traces. Une grande majorité d’Américains considère qu’une classe aisée bien fournie est bénéfique pour la société toute entière. En France, le riche n’est pas aimé, il est honteux de gagner de l’argent, ce qui justifie que le fisc vous le reprenne : les riches ou les jeunes qui veulent s’enrichir partent donc sous des cieux fiscaux plus cléments...."

Une situation qui est très semblable ici, et on le voit avec les "granolas rednecks" comme Léo-Paul Lauzon qui répète le même vieux disque 45 tours tout égratigné et sautillant: "faire payer les riches, à bas les paradis fiscaux" *soupir*. Tant qu'à combattre les paradis fiscaux, autant combattre le feu par le feu: à paradis fiscal, paradis fiscal et demie!

Et ironiquement, bon nombres de ces "contestataires" vont devenir ce qu'ils détestaient: être riche. Un peu comme ces manifestants de mai '68 ou comme ces hippies qui fêtaient à Woodstock devenant plus tard des "yuppies" comme le démontre cet publicité de Pepsi réalisé en 1994 qui célébrait les 25 ans de Woodstock que quelqu'un a posté sur Youtube http://www.youtube.com/watch?v=wbXLY9anXt4

Steven

@GBS

On ne peut pas dire que ces manifestants sont des anarchistes. Ça reviendrait à dire que les Bolchéviques en Russie étaient des anarchistes car ils ont brassé beaucoup de @#$@#$@ avant de prendre le pouvoir. Les casseux de vitres et les voleurs ne sont pas des anarchistes non plus. Ils sont de petits criminels. Dire que c'est gens sont des anarchistes revient à dire qu'un voleur qui s'introduit par infraction chez vous est un anarchiste car il ne veut pas suivre la loi qui dicte de ne pas voler.

Ces gens foute la merde et le chaos aux moyens de manifestations violentes car ils sont mécontents de la façon dont les leaders politiques mondiaux dirigent le monde. Ils voudraient, eux, diriger le monde avec les leaders politiques. Ils sont fâchés parce que d'autres ont la place qu'ils aimeraient avoir.

Bernard

@Steven

''Un politicien se fout un peu plus de la propriété publique qu'un propriétaire d'un terrain privé. Un espace publique est un espace qui n'appartient à personne et personne n'est incité à bien s'en occuper (...)''

Un philosophe grec (je crois que c'est Aristote dans La Politique) a dit: 'Common ownership is common neglect'. Cette phase m'a frappé. Pardonnez l'anglais mais j'avais étudié la politique dans une institution anglophone.

Bernard

@Stéphane Dumas

C'est dans son livre 'Les carnets du Major Thompson' que Pierre Daninos a dit (cité de mémoire): 'Quand un Anglais voit un riche monter dans une limousine, il se dit: Je veux une limousine moi aussi. Quand un Français voit un riche monter dans une limousine, il veut faire descendre le riche de sa limousine.'

C'est exactement le but des politiques fiscales du gouvernement du Québec... de déposséder les éléments les plus actifs de la société.

Sébas

@ GBS qui écrit:

«Mon concept libertarien s'apparente à la république, il doit y avoir une loi, pour assurer la propriété privée et les libertés fondamentales.»

*

Bien sûr...

Lorsque je parle de liberté, je parle de liberté pour les individus. Or, pour que cela soit possible, il faut que l'état soit solidement encadré, pas les individus. Depuis toujours, c'est l'état qui est le plus grand «voleur», c'est lui qui initie le plus de violence, qui détruit le plus les principes des droits sacrés, etc, pas les petits criminels... i.e, ceux que les médias-du-troupeau, «experts» (euh-hum) universitaires visent presque toujours, pour détourner l'attention des moutons-naifs, de ce qui est vraiment important...

***

Vous dites:

«Sérieux ou est ce que vous classeriez le black block....???? Difficiles, des communistes... mais aussi des nazis pour leurs haine des juifs.... ou encore des intégriste religieux (avec le réchauffement pour religion)......»

*

Comme dit Steven, il ne faut surtout pas se fier aux apparances médiatiques et politiques.

Depuis 3-4 siècles -de ce que je constate(depuis toujours? je ne sais pas...), et d'après les livres d'histoires -non réécrits par les vainqueurs- presque toutes les «révolutions» sont clairement contrôlées et initiées par de puissantes élites... très, très hypocrites.

Il faut toujours se demander à qui profite ces contestations/ces révolutions...

En tout cas, à en juger par les «fruits», elles profitent rarement aux peuples/individus qui recherchent la liberté et la responsabilisation individuelle.


Mathieu NV

Cet essai franchement bien réalisé, démontre ce que les libertariens disent depuis longtemps par rapport au rôle du gouvernement dans l'économie.

http://www.telegraph.co.uk/finance/comment/kamal-ahmed/7867866/The-latest-threat-to-the-global-recovery-state-capitalism.html

Sébas

@ Mathieu NV:

Je suis d'accord avec toutes les idées de ce texte, sauf celle-ci:


«That is basic function of the banking industry - lever
aging money and managing risk to enable the economy to grow.»

Et si vous me lisez et me comprenez -même un tantinet-, vous devriez savoir pourquoi...


;-)

***

Et autre indication que ce livre fait fausse route:

«The economist, Nouriel Roubini, says it is "indispensable".»

Roubini est un cancre en économie (et une véritable girouette), malgré ses «titres», les apparences et sa renommée (artificiellement et habillement fabriquée par «des maitres en illusions»?)... médiatique/politique...

*

Et enfin, suite à cet article, il y a le commentaire de CosmicBuddha (Today 01:49 PM - Recommended by 18 people), qui résume assez bien ma pensée:

«As banking executives tirelessly argue, for every extra £1 they are ordered to keep on their books (a protection against a future crisis) £15 is lost to the economy."

This is nonsense. The majority of bank lending goes to bankroll inflated commercial and private real estate values, as well as on gambling on thin air, i.e. derivatives trading.

Very little of the bank's lending goes into growing the economy, i.e. lending to businesses for genuine economic expansion. All that we get from the banks is inflation of real estate and other asset values, as this is a risk-free way for them to milk more and more money out of us all.

The real problem we have in the west is our banking system. Until this is properly sorted out we are never going to get out of this malaise.»

***

Batince que je suis tanné de me répéter...
Mais je suis comme le lapin duracel, infatiguable...
;-)

Libre Entreprise

@GBS,

Cela me procure une immense satisfaction de voir les manifestants du G20 s'être faits fichés une villaine râclée par les policiers et s'êtres faits maltraités dans les conditions les plus abjectes.

Ces manifestants, tous des communistes pour la plupart, veulent donc un état central fort qui utilisera la coercition policière pour déposséder le salaire des travailleurs et les profits des entrepreneurs afin de payer leurs lubies sociaux.

C'est avec plaisir que ces hippies ont découvert que l'appareil étatique peut tout aussi bien se retourner contre eux. Les mêmes policiers qu'ils désirent utiliser pour vous faire les poches ont été utilisés pour les matraquer et les mettre en cellule.

C'est cela la sociale-démocratie mesdames et messieurs les manifestants. Vous ne pouvez pas d'une part monter un puissant appareil kleptocratique gouvernemental et espérer d'une autre part qu'il ne servira jamais contre vous.

Vous êtes tannés de la répression policière ? Et bien la prochaine fois vous comprendrez qu'il faut le libre marché capitaliste, les pleins droits à la propriété privée, les pleines libertés médicales, les pleins droits à l'autodéfense et l'abolition de toutes les lois qui criminalisent les comportements sans victimes.

Tant que vous ne comprendrez pas cela, vous vous ferez matraquer et enfourgonner lors des sommets et j'en rirai toujours dans ma barbe.

C'est drôle de voir des étatistes de gauche se faire matraquer par l'état. Bien faits pour vous. C'est ce qui s'appelle l'arroseur arrosé.

Me Pierre Bouchard

Il est amusant de lire ce matin dans La Presse, sous la plume de la mère Gruda, les mésaventures des jumelles Maryse et Jacinthe au G20. Sur Cyberpresse, la photo des deux jeunes filles au visage angélique, qui sont bien sûr fort mignonnes, nous dévoile la très charmante échancrure du chemisier de Maryse:

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/201007/01/01-4294842-soixante-heures-a-torontonamo.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS2

... tandis que ladite échancrure est pudiquement cachée derrière sa main et son genou en première page du journal La Presse.

La Presse n'aurait certainement pas bâti un article sur deux laiderons, propagande oblige.

Bien que j'estime que les actions de la police de Toronto furent improvisées et mal orientées, et ce en raison de la malhonnêteté et de l'incompétence proverbiales du grand chef Bill Blair, il n'en demeure pas moins que l'article en question fait l'apologie de fausses martyres de la gauche militante (notez le curriculum des deux demoiselles que rapporte la mère Gruda) qui, ne l'oublions pas, devaient très bien savoir que le genre de manifestations où elles auraient été appelées à participer activement se font habituellement sous la tutelle d'enragés systémiques.

La mère Gruda ne manque pas en effet de nous rappeler que ce "sont des étudiantes d'université vives, intelligentes et engagées. La première étudiant en travail social, la seconde en droit international. L'été, elles travaillent comme animatrices, l'une avec des jeunes, l'autre dans un quartier défavorisé".

La beauté de l'abnégation!... elles ne sont pas à coup sûr d'obscures petites secrétaires d'une banque quelconque, cela va de soi. Il y a une soixantaine d'années, n'eût été de leur charme et de leur beauté, elles auraient choisi la vie en communauté religieuse, laquelle se serait empressée de les expédier ipso facto quelque part dans les profondeurs de l'Ouganda afin d'y prêcher la bonne Parole.

Me Pierre Bouchard

Le journal Métro de Montréal
( http://www.journalmetro.com/chroniqueurs/article/566872--indispensable-devoir) nopus offre ce point de vue pour le moins étrange à propos du G20:

"Les solutions pacifistes ont démontré leur inutilité, il est maintenant le temps d’envisager la force pour lutter contre le pouvoir répressif de l’État. Organisés ou non, les libertariens ont purement et simplement la liberté d’utiliser leur droit à l’insurrec­tion pour faire valoir leurs idées. Quand on se plaint que la démocratie perd de sa valeur, que les gens sont cyniques et qu’il faudrait que les jeunes s’impliquent plus en politique, pour­quoi traiter de vandales ceux qui se battent pour la sauve­garde de cette liberté ?

Les libertariens qui utiliseront la force ne feront qu’exercer leur droit, ils feront leur devoir le plus important de citoyens en mettant leur sécurité physique en jeu lors de différentes manifesta­tions. La liberté ne s’est pas gagnée pacifiquement. Quant à ceux qui ne sont pas prêts à mettre leur corps en jeu pour la liberté, ayez au moins la décence de vous taire au lieu de mépriser ceux qui se feront gazer et matraquer pour sa défense".

Évidement, je n'ai pu résister. J'ai commis un commentaire:

Cela nous démontre que Jacinthe et Maryse, les deux charmantes fillettes dont le récit a déchiré le coeur de maman Gruda, ne pouvaient être qu’au courant de ce qui allait ou pouvait se tramer lors du G20.

Je ne sais si elles désiraient à ce point « mettre leur corps en jeu pour la liberté », mais force est de constater que leurs adversaires n’auraient point osé demander autant.

Me Pierre Bouchard

Jacinthe et Maryse, deux libertariennes ???... quelle chose bizarre.

Sébas

@ Libre Entreprise:

Je ne suis pas d'accord avec toutes les idées de ce vieux vidéo, par contre, à partir de la 23e minute(environ), nous retrouvons beaucoup de vos propos (de 16h18);

http://video.google.com/videoplay?docid=-5300142475723291102#

DE:
Edward Griffin - Seduction of a Generation (Sensitivity Training, Brainwashing)

«Very prophetic filmstrip from 1969, narrated by G. Edward Griffin, about the use of sensitivity training as a tool in social engineering.»

Me Pierre Bouchard

Sébas, c'est quoi le sens de votre intervention?

Sébas

@ Me Pierre Bouchard:

Si vous parlez de celle du 2 juillet 2010 à 18h36 où j'ai placé ce lien:

http://video.google.com/videoplay?docid=-5300142475723291102#

En 'gros', c'est pour démontrer que le totalitarisme est TOUJOURS planifié par une élite très puissante, très hypocrite et manipulatrice, qui «se sert» (le vidéo explique comment), de quelques «idiots utiles», de soi-disant anarchistes violents et des médias de masse pour faire croire que c'est «la population» qui veut et demande ces lois/actions totalitaires...

Exemple classique: Hitler n'a jamais été élu, n'a jamais eu la faveur populaire... mais tout fait croire le contraire, y compris la propagande actuelle entourant son ascension au pouvoir...

Pour être plus clair encore et par rapport à la situation actuelle: les anarchistes actuels ne sont pas du tout ceux que l'on pense et les «idiots utiles» actuels sont identitiques aux idiots utiles qui ont porté au pouvoir les autres dictateurs de l'histoire.

Sébas

Quelques nuances:

Lorsque je parle de totalitarisme, je pense surtout aux régimes totalitaires du 20e siècle... mais cela pourrait tout aussi bien s'appliquer à la «révolution» française...

J'aurais du dire, en parlant des «idiots utiles»: ils ont *facilité* la prise de pouvoir des dictateurs...

Et -comme je l'écrivais dans ma réponse à Libre Entreprise- c'est à partir de la 23e minutes de ce vidéo ( http://video.google.com/videoplay?docid=-5300142475723291102# ), que l'on retrouve l'essentiel de ces propos... prophétiques ?

Sébas

Et précision ultime pour essayer de conscientiser (avec une compassion sincère), les «idiots utiles» actuels (qu'ils soient dans une manif «anti-capitaliste», journaliste au service d'un média ou «expert» universitaire), et les anararchistes/provocateurs-violents -presque toujours- à la solde du pouvoir:

Une fois que le totalitarisme est bien installé, TOUS les «intellos» et surtout ceux qui ont lutté pour renverser le pouvoir, deviennent une menace et sont ÉLIMINÉS. Ce n'est pas pour rien que l'expression «idiots utiles» a été inventée...

p.s.
Je sais, pour l'instant, mes propos semblent exagérés...

Me Pierre Bouchard

Pas du tout, Sébas. Au contraire. Je fais tout à fait miens vos propos. Je dois cependant m'excuser car je croyais que vous étiez l'auteur de la publicité ci-haut décrite (et fort longuette) sur le médicament Sinequan. Je viens de m'apercevoir que l'auteur de ce message est un certain "DrMiller". S'agit-il alors d'une erreur ou y a-t-il quelque profond message que ledir DrMiller rattache à ce texte eu égard aux discussions qui ont cours par ici ???

Sébas

@ Me Pierre Bouchard:

Ah 'farpait'... peut-être qu'un jour nous allons partager une belle petite cellule capitonnée (au mieux)...

*

Pour ça:

«S'agit-il alors d'une erreur ou y a-t-il quelque profond message que ledir DrMiller rattache à ce texte eu égard aux discussions qui ont cours par ici ???»

Dr Miller ou un prof Lauzon de ce monde (?), qui pensent que tous ceux qui ne veulent pas de lois plus sévères pour encadrer le systême bancaire actuel (alors que c'est justement le fait que ces banques sont hypers controlées par l'état et par le principe -frauduleux- de la réserve fractionnaire, que nous avons tous ces incroyables écarts de richesses, tous ces abus spéculatifs et toutes ces bulles/crises...), sont des fous qui doivent être soignés...
Comme dans tous les régimes totalitaires, ces idiots utiles ne comprennent vraiment rien à rien du monde dans lequel ils vivent...

Marianne

J'ai plutôt l'impression que "Dr Miller" est juste un bon vieux spam qui tente sa chance sur un site.

Libre Entreprise

@Sébas,

Je n'en reviens pas à quel point un vidéo de 1969 est encore d'actualité aujourd'hui.

Les fameuses campagnes de "sensibilisation" de toutes sortes menées par le gouvernement entre autres.

Le contenu de ce vidéo est encore plus vrai en 2010 qu'en 1969. Le monde n'a pas évolué en 40 ans, il a dévolué.

Kevin

@ Marianne en particulier mais aussi @ n'importe qui capable de répondre.

Je crois me souvenir que vous êtes médecin, vous pourriez donc m'éclairer sur 3 petits points :

- En premier lieu, j'ai souvent remarqué des infirmières se promener dans les transport en commun avec leurs vêtement de travail. En fait elles peuvent se promener où elles veulent avec celui-ci. J'ai quelques amies infirmières et une en particulier, lorsqu'elle travaille la fin de semaine, nous allons la chercher sur son heure pour manger (une heure pour manger??? je trouve ça vraiment étrange parce que... c'est tellement long..). Avec elle nous pouvons nous promener un peu partout, souvent vers les restaurants ou juste nul part pour se promener. Dans un monde où même un chauve qui travaille dans une cuisine doit porter un filet pour les cheveux, est-ce vraiment hygiénique de porter leur habit de travail et de confier la responsabilité de ceux-ci aux infirmières? On s'entend que les patients ne vont tout de même pas être en train de frencher l'habit en question mais ils sont quand même en contact. J'ai travaillé dans une usine d'alimentation et les sarau qu'on portait étaient géré par l'établissement par mesure de salubrité tout simplement. Il ne faut pas paniquer non plus mais je ne vois vraiment pas l'intérêt de confier la gestion des habits de travail aux infirmières elle-même, c'est un risque totalement inutile.

L'autre point est beaucoup plus grave à mes yeux. Mon amie travaille à l'hôpital de Québec qui est sur le chemin Ste-Foy. Elle se plaignait en retournant travailler parce qu'il fait chaud à l'hôpital. J'ai un peu beaucoup sursauté, j'étais convaincu que l'hôpital était climatisé mur à mur. En fait, ils m'ont précisé (elle et son chum) qu'en raison des coûts, le système de climatisation a été fermé dans l'édifice, pour n'être en fonction que dans les salles de médecin et dans les bureau. J'imagine que si il y a une gigantesque canicule, ils vont probablement le remettre en marche mais... c'est normal ça???? Mon amie me disait que ça coûtait trop cher mais... C'EST PAS UNE RAISON! On comprend bien qu'une personne dans un lit d'hopital n'a pas besoin d'être dans un environnement à 22 degré celcius mais... au dessu de 30 ce n'est pas dangereux pour eux? Même si ce n'est pas une question de danger, vous imaginez le confort lorsque vous êtes en convalescence d'une douloureuse opération et que vous êtes en train de suer dans votre lit avec du mal à respirer? Je ne parle même pas des problèmes hygiéniques causé par l'abondance de sueur. Si ça vaut la peine de climatiser un petit dépanneur du coin, vous ne me ferez pas croire que ça n'en vaut pas la peine de climatiser un hôpital!!!

Le dernier point concerne les dossiers médicaux numériques. J'en parlais encore une fois avec mon amie, je trouvais INCROYABLE qu'on ne soit pas capable d'avoir un système numérique pour gérer les dossiers médicaux en 2010! Elle me disais que la structure est gigantesque, qu'il y a tellement de chose et que de toute manière un système comme ça ne peut être fiable à 100%. Son argument ne valait strictement rien, la taille de la structure ne change strictement rien! C'est plus gros, c'est plus lourd mais... c'est la même chose! Gérer 1 million est plus gros et lourd que gérer 500$ mais... c'est pas impossible en raison de la taille! Elle disait que ça coûterait beaucoup d'argent aussi mais elle oublie de mentionner que des dossier médicaux en papier, c'est non seulement pas gratuit mais ça prend énormément de place! Ils en parlaient justement en fin de semaine dans le Journal de Québec (je sais mon père reçoit de la grosse lecture profonde chez lui hein!), ils racontaient qu'il faut payer pour l'entreposage, avoir plus d'employé pour gérer tout ça.

République de banane non?

Pierre-Yves

@Kevin:

"République de banane non?"

République socialiste soviétique tout simplement. Ce sont les mêmes arguments absurdes que vous auriez entendus il y'a 30 ans dans les pays de l'Est pour justifier l'inefficacité de la médecine communiste.

La différence cependant, c'est que dans le système soviétique le personnel était payé des pinottes, alors que la stucture de cout de notre système de santé est plutôt de type capitaliste-corporatiste (salaires artificiellement élevés).

Évidemment la seule solution à cette équation, c'est le rationnement de l'offre de soins et la constante révision à la baisse des paramètres de service (e.g., files d'attente, mais aussi qualité du diagnostic).

Je dois dire que les Québécois et les Canadiens sont remarquablement patients de supporter ce rackett étatique et corporatiste sur leur santé, n'importe ou ailleurs ça aurait pété depuis longtemps.

Mathieu NV

@Pierre-Yves:

L'idée est que c'est toujours les mêmes tactiques partout dans le monde pour faire passer l'étatisation:

-L'état essaie de contrôler les médias, en démontrant sa logique bien-pensante.

-Les médias essayent de discréditer ceux qui ont des opinions hors de la norme imposée par les médias en les démonisant.

-À la longue et surtout du fait que beaucoup de gens ne réalisent pas qu'elle est la situation dans d'autres pays comparables, nombre de gens ont l'impression que cela est normal.

David Gendron

Alors, je vais reformuler mon propos par une question. Devrait-on considérer celui ou ceux qui ont commis l'attentat de Trois-Rivières comme des héros?

Martin Masse

@ David,

"Devrait-on considérer celui ou ceux qui ont commis l'attentat de Trois-Rivières comme des héros?"

Il n'y a rien d'héroïque à faire sauter quelques fenêtres. Ça ne change absolument rien à la réalité ni au débat sur le militarisme. Et par ailleurs, j'ai effacé ton message précédent et j'effacerai tout autre message qui fait l'apologie de la violence sur ce site. Que ceux que ça intéresse aillent faire ce débat ailleurs.

David Gendron

Selon nos critères (libertarien ou anarchiste), il n'y a rien d'héroïque, en effet.

Mais si j'utilise le même standard que les étatistes, cet attentat est un acte héroïque. C'est pour cette raison que je soulevais la question.

David Gendron

Ou pour être encore plus concret: est-ce que, dans l'état actuel des choses et pour ce geste uniquement, celui qui a perpétré cet attentat mérite:

1) d'être traduit en justice?

2) d'être incarcéré, ne serait-ce qu'un jour?

Pierre-Yves

@David Gendron:

"cet attentat est un acte héroïque"

Trois remarques:

1. Un attentat comme celui de Trois-Rivière n'a rien d'héroique selon moi, mais c'est secondaire. Le point important, c'est qu'il ne s'inscrit dans aucune stratégie politique est par conséquent, cet attentat est idiot - la guerre, c'est une violence organisée autour d'une stratégie de communication, et l'attentat de Trois-Rivières ne communique rien sinon le vide idéologique de ses auteurs. De la même façon, je pense que l'abordage sanglant de ce navire turc il y'a quelques semaines par les forces armées israélienne était idiot, puisque faute d'être exécuté proprement il a desservi les intérêts du pays.

2. En ce qui concerne ce que MM appelle "l'apologie de la violence", il y'a une contradiction à prêcher, d'une part, le droit du citoyen à être armé, et d'autre part, nier implicitement que cette violence puisse jamais être utilisée contre l'État - puisque c'est la principale justification du droit à être armé d'un point de vue citoyen -, même si on peut comprendre la convention d'un stricte point de vue éditorial - puisque les "appels à la violence" peuvent évidemment exposer à la censure ou aux poursuites les support dans lesquels ils sont publiés; et enfin:

3. Il faut tout de même bien admettre que certains groupes au Canada - on pense au 1eres nations ou aux syndicats par exemple - sont passés maîtres dans l'art d'utiliser la violence organisée pour faire valoir leurs droits ou protéger leurs privilèges, avec une indéniable efficacité.

David Gendron

@Pierre-Yves

" Le point important, c'est qu'il ne s'inscrit dans aucune stratégie politique est par conséquent, cet attentat est idiot - la guerre, c'est une violence organisée autour d'une stratégie de communication"

En effet, je n'ai jamais nié que cet attentat était idiot. Cependant, la présence d'une stratégie de communication pour laver le cerveau de la populace rend certes les actes de guerre plus héroïques en apparence, mais certainement pas en légitimité. Si les troupes sont considérés comme des héros d'un point de vue étatiste, il faut donc que celui qui a commis ce geste soit considéré comme un héros.

"l'attentat de Trois-Rivières ne communique rien sinon le vide idéologique de ses auteurs"

Ne communique pas grand-chose en effet, sauf que ses arguments sont très pertinents, beaucoup plus, en fait, que l'argumentaire utilisé par Al Quaeda pour ses actes terroristes, ou que celui utilisé par les autorités militaires occidentales dans leurs invasions étrangères.

"au 1eres nations"

Hummm, sauf une certaine organisation criminelle (les Warriors: et encore là, n'est-ce pas une conséquence de la guerre à la drogue?), on ne peut pas dire que ça barde beaucoup chez les communautés amérindiennes dernièrement.

D'accord avec le reste.

Pierre-Yves

@David Gendron:

"on ne peut pas dire que ça barde beaucoup chez les communautés amérindiennes dernièrement."

Pourquoi "ça barderait", quand il est possible d'obtenir les même résultats sans effusion de violence (ex. Cris)? La violence utilisée par les Warriors est elle une caractéristique culturelle de la nation Mohawk, une dérive due à l'éco-système maffieux dans lequel évolue leur économie, ou une conséquence de conflits économiques plus intenses avec "les blancs"? Sans doute un peu des trois. Par contre, quoiqu'il en soit cette violence est toujours accompagnée d'un message politique très clair et parfaitement décodable par les gouvernements. C'est la différence avec les zozos de Trois-Rivières.

Mathieu NV

Je suis contre le militarisme, mais force est de constater que les gens qui ont fait ces attentats (un autre groupe inconnu de têtes brûlées) ne réalisent pas qu'il sont aussi pires que ceux qui dénoncent, surtout du fait que l'armée canadienne est une armée volontaire. Or, on peut critiquer les décisions du ministère de la défense nationale, mais je respecte franchement ceux qui ont fait le choix d'aller de façon volontaire dans les forces armées pour des raisons individuelles que ces gens considérant parfaitement valables.

Pour les Amérindiens, le plus gros problème à part certains de leurs individus qui font partie de groupes étant quasiment du crime organisé, est que ceux qui sont Autochtones et qui ont une éducation supérieure le font souvent tous dans le même domaine (soit le droit). Or, cela donne comme conséquence que cela crée une élite étatisée qui est supposément bien pensante qui devient en quelque sorte malheureusement des parasites oligarchiques. J'ai justement écrit un article sur mon blogue qui résume cette pensée avec quelques autres arguments pris entre autres du livre de Tom Flanagan (dont Martin connaît fort probablement).

http://matvail2002.wordpress.com/2010/07/05/premieres-nations-seconds-regards/

Pierre-Yves

@Matthieu NV

"Je suis contre le militarisme".

Le militarisme désigne entre autre une doctrine politique prônant la suprématie des forces armées sur les autres éléments de l'administration (exécutif, judiciaire, législatif). On ne peut évidemment qu'être contre ça.

Par contre, à partir du moment ou l'on ne proscrit pas l'utilisation de la violence organisée (et quand on soutient l'idée que les citoyens doivent être armés, il est clair qu'on ne la proscrit pas), il faut tout de même bien avouer que l'organisation militaire est la façon la plus efficace de mettre en oeuvre cette violence là.

Les barbares de l'antiquité, et les Celtes de Grande Bretagne en particulier, n'avaient rien contre la violence par exemple (même si on peut penser que leur statut de "perdants" de l'Histoire a autorisé leur vainqueurs à noircir le trait en ce qui les concerne), et cultivaient les vertus guerrières. Cela ne les a pas empêché de se faire tailler en pièces régulièrement par des légions romaines bien inférieures en nombre: et la différence, c'est l'organisation, la discipline, et les techniques militaires des Romains.

En d'autre termes, si vous voulez utilisez la violence, faites le efficacement et parce que vous êtes à peu près certains de gagner (politiquement s'entend). Sinon, c'est une idée stupide, mais ce n'est pas une idée stupide "en soi".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook