« Sept milliards pour accroître la pauvreté | Accueil | Cachez cette cigarette que je ne saurais voir »

01 juillet 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

David Gendron

@Mathieu NV

"Je crois moi-aussi que l'important est d'avoir un débat dans le respect, bien sûr."

Oui, en effet, j'aurais peut-être dû choisir un autre terme que "populace".

"Sauf qu'il est évident que malgré que je ne suis pas pour toutes les opinions de M. Gendron, je dois dire qu'il est bien plus cohérent que beaucoup d'individus ayant son idéologie politique."

Ah, merci! :) Je ne prétends pas être parfaitement cohérent mais je crois m'améliorer avec le temps! ;)

Steven

@David Gendron

"Regardez ce qui se passe aux États-Unis, où les études universaires sont en train de devenir plus accessibles qu'au Québec (y compris à Harvard!) pour les classes moyennes et pauvres et ce, grâce au marché!"

C'est tout-à-fait faux! Tout d'abord, les universités américaines sont fortements réglementées. Les USA ont également des programmes de prêts et bourses garanties par le gouvernement américain. Il est interdit de vérifier si les futurs emprunteurs étudiants ou leurs parents sont solvables. La seule exception est lorsqu'on parle de faillite personnel récente. Tout étudiant qui le désire a droit à un prêt aux USA (comme au Canada). La conséquence est qu'il y a un nombre artificiellement élevé d'étudiants aux USA. Qui dit augmentation de la demande dit augmementation du prix du bien/service consommé. Ici c'est l'éducation. Les prix augmentent en flèche tout comme les soins de santé là-bas.

On assiste au même phénomène au Canada sauf qu'il y a contrôle de prix de la part des gouvernements provinciaux. La conséquence est que la qualité de l'éducation, des bâtisses et du matériel scolaire diminue beaucoup faute d'avoir assez de fonds pour supporter la hausse des prix de tout ce qui se rapporte à l'éducation mais n'est pas assujeti au contrôle de prix.

Dans les 2 pays (Canada et USA), les étudiants s'endettent de plus en plus et trouvent de moins en moins d'emplois correspondant à leur domaine d'étude et offrant un salaire les permettant de vivre décemment tout en repayant leurs prêts étudiants. De plus en plus de ces étudiants frustrés se tournent vers leur gouvernement afin d'essayer d'éponger leurs dettes avec le trésor publique. Les politiciens adoptent des politiques de plus en plus conciliantes envers ces étudiants afin de gagner des votes.

B. Vallée

à David Gendron

« Ok, ça me va, sauf quand la rareté inéhrente au système capitalo-étatiste (incluant le fameux salaire minimum à la con) fait en sorte que les employeurs préfèrent des idiots aux soi-disant sur-qualifiés, mais ça ne contredit en rien ce que vous dites. »

Avis aux chercheurs d'emploi : les employeurs préfèrent des « idiots »...

Conséquemment, les individus qui trouvent plus facilement un emploi seraient des idiots. Choisis par les employeurs précisément pour leur « idiotie »...

Curieuse, très curieuse affirmation. Ajouterais-je : un peu gratuite ?

Mais z'enfin...

David Gendron

@Steven

"C'est tout-à-fait faux!"

À Harvard, il n'y a pas de frais de scolarité pour les enfants de familles gagnant 60 000$ et moins, incluant les étudiants étrangers, et cette tendance se répand telle une traînée de poudre aux USA!

" Tout d'abord, les universités américaines sont fortements réglementées. Les USA ont également des programmes de prêts et bourses garanties par le gouvernement américain. Il est interdit de vérifier si les futurs emprunteurs étudiants ou leurs parents sont solvables. La seule exception est lorsqu'on parle de faillite personnel récente. Tout étudiant qui le désire a droit à un prêt aux USA (comme au Canada). La conséquence est qu'il y a un nombre artificiellement élevé d'étudiants aux USA. Qui dit augmentation de la demande dit augmementation du prix du bien/service consommé. Ici c'est l'éducation. Les prix augmentent en flèche tout comme les soins de santé là-bas."

Oui, mais c'est moins réglementé qu'ici. Les prix augementent mais l'accessibilité est meilleure depuis la décision de Harvard.

"On assiste au même phénomène au Canada sauf qu'il y a contrôle de prix de la part des gouvernements provinciaux. La conséquence est que la qualité de l'éducation, des bâtisses et du matériel scolaire diminue beaucoup faute d'avoir assez de fonds pour supporter la hausse des prix de tout ce qui se rapporte à l'éducation mais n'est pas assujeti au contrôle de prix."

La différence est qu'au USA, la concurrence privée est possible.

@B. Vallée

Simple question de psychologie, comme il n'y a que très peu de compétences nécessaire pour les emplois peu qualifiés et que les emplois sont plus rares, les employeurs vont choisir des idiots qui en savent moins sur leurs droits.

Et je sais de quoi je parle...

David Gendron

Que les diplomés aient de la misère à se trouver un emploi correspondant à leur domaine d'étude ne me pose aucun problème. Le problème, c'est quand la rareté inhérente au système capitalo-étatiste fait en sorte que trop de diplômés ne se trouvent pas un emploi en raison de leur diplôme.

Eric L.

Bonjour

Je serais intéressé à acheter de l'or pour diversifier mes investissements et aussi que je fais de moins en moins confiance à l'argent papier pour les raisons que vous connaissez déjà.

Après quelques recherches, la façon la plus simple que j'ai trouvé est sur le site de la monnaie royale canadienne (http://www.mint.ca/store/coin/plaquettes-dinvestissement-en-or-dune-once-prod850001)

Je pourrais me procurer un once d'or pour 1 478,92 $ can.

Le taux de l'or à la bourse est aujourd'hui de 1253,00 $ can environ

Pensez-vous que c'est un prix raisonnable ?

Steven

http://ca.news.yahoo.com/s/capress/100715/national/gold_mine_holdout

Même s'il se bat que pour des raisons que j'approuve partiellement, je lui souhaite de pouvoir rester chez lui. Un bon cas de droits à la propriété privée. Si la compagnie ou le gouvernement gagne, ce sera un autre affront aux droits de tous!

Sébas

@ Tous les J-F Lisée de ce monde qui aiment tant vanter le «modèle Québécois»

http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/chomage-quebec-en-tete-pour-un-9e-mois/4364/

Pourquoi ne pas «rajuster» le taux chomage *(1), au taux d'activité de chaque province?

Taux d’activité / 6 provinces plus populeuses / Décembre 2009

Sask: 69.9%
Manitoba: 69%
Alberta: 69.9%
B-C: 66.2%
Ontario: 67%
*** Québec: 65% ***


Taux d'activité pour le Canada
---» 67.1%

Source:

StatCan
;-)

***


Qui veut faire le CALCUL ?
;-)


***

LE QUÉBEC VRAIMENT «SI MEILLEUR» QUE LES AUTRES ?

Nous pourrions aussi «rajuster» le taux de croissance de l'économie du Québec, avec le taux de croissance de la dette officielle (environ 4.5 milliards de $ /an de «mauvaise» -sic- dette), et de la dette non-officielle (5.5 millards $ -qui va directement sur la dette, car ces milliards sont soi-disant de la «bonne» -sic-, dette), et comparer le tout avec les autres provinces, qui ne s'endettent PAS DU TOUT au même rythme que le Québec...

Selon les prévisions du dernier budget, le Québec s'endette d'au moins 10 000 000 000 $ par année et cela sera comme ça pour les 4 prochaibnes années.

***

*(1)
Le taux de chomage est calculé à partir D'ENQUPÊTES / SONDAGES, soit dit en passant...

A lire absolument:

http://www.statcan.gc.ca/survey-enquete/labour-travail/labour-travail-fra.htm

(( Et plusieurs parties de ce texte rejoint l'autre texte sur les recensements, dont celui-ci:

«Suis-je obligé(e) de participer à l’enquête?

Oui. En vertu de la loi, il est obligatoire de participer à cette enquête, car celle-ci fournit de l’information vitale sur le marché du travail au Canada.» ))

*

En tout cas, le nombre de personnes véritablement sur le chômage(soit ceux qui reçoivent un chèque de «sans-emploi»), est environ de 3-4 %... au Canada.

Pierre-Yves

Excellent, Sebas.

Sébas

M'ci Pierre Yves:
;-)

Voici des données plus récentes (la comparaison entre le taux de chômage québécois... «ajusté» au taux d'activité et/ou d'emploi des autres provinces, est encore pire que je pensais):

10-4 Jean-François Lisée ?
;-)


Québec (juin 2010):

Taux d'activité = 65,7
Taux de chômage = 7,8
Taux d'emploi = 60,5
Taux de temps partiel = 19,4

Ontario (juin 2010):

Taux d'activité = 67,5
Taux de chômage = 8,3
Taux d'emploi = 61,9
Taux de temps partiel = 19,2

Alberta (juin 2010):

Taux d'activité = 73,3
Taux de chômage = 6,7
Taux d'emploi = 68,4
Taux de temps partiel = 17,6


Colombie-Britannique (juin 2010):

Taux d'activité = 66,0
Taux de chômage = 7,8
Taux d'emploi = 60,9
Taux de temps partiel = 21,8

Manitoba(juin 2010):

Taux d'activité = 70,1
Taux de chômage = 5,3
Taux d'emploi = 66,3
Taux de temps partiel = 19,5

Saskatchewan(juin 2010):

Taux d'activité = 70,6
Taux de chômage = 5,5
Taux d'emploi = 66,8
Taux de temps partiel = 18,5

*

Source... eh oui;
Statcan
;-)

http://www.statcan.gc.ca/pub/71-001-x/2010006/tablesectlist-listetableauxsect-fra.htm

***

Ensuite, si nous prenons les déficits/croissances des dettes des autres provinces vs- ceux du Québec... nous allons constater à quel point le «modèle Québecois» est soutenu artificiellement, est dépendant de l'état et de la dette et qu'il est donc voué à l'échec à plus ou moins brève échéance...


«Mais non, mais non, tout va bien dans le meilleur des mondes»... de dire sans arrêt les Pierre Duhamel et Réné Vézina de ce monde (au 98.5 fm)... «tout en rose»...
<;-)

Steven

@Seb

Est-ce que tu mets ces chiffres sur le blogue de J-F Lisée? Si oui, quel est la réaction des étatistes de gauche omniprésent sur ce blogue?

Libre Entreprise

Petite question comme ça, pourquoi est-ce que le bouton "arrière" ou "Back" ne fonctionne jamais avec le blogue du québécois libre ?

À toutes les fois que je rentre dans une page de discussion et que je veux revenir en arrière, le bouton ne fonctionne pas.

Gilles Guénette

@ Libre Entreprise

Le bouton «Back» fonctionne de mon côté. Sur Explorer et sur Firefox. Je vais souligner la chose à TypePad.

Libre Entreprise

@Gilles Guénette,

J'utilise Opera avec Vista. Le problème vient probablement de Vista et de mon ordinateur et d'opéra.

Anne-Marie Provost

http://www.connectmidmichigan.com/news/story.aspx?id=481793

>>New types of money are popping up across Mid-Michigan and supporters say, it’s not counterfeit, but rather a competing currency. Right now, you can buy a meal or visit a chiropractor without using actual U.S. legal tender.

Sébas

@ Steven qui écrit:

«Est-ce que tu mets ces chiffres sur le blogue de J-F Lisée? Si oui, quel est la réaction des étatistes de gauche omniprésent sur ce blogue?»

*

«Been there, done that...»

Comme nous pouvons le constater par les réponses que se fait servir David «Antagoniste», les insultes, les insinuations/attaques infantiles servent trop de succédénées aux répliques intelligentes...

Il n'y a pas de véritable débat d'idées la-bas (comme sur le blogue de Richarh Hetu), mais une meute qui fait tout pour sauver les apparences...

Rien ne t'empêche d'y aller par contre...
;-)

De toute façon, en écrivant ici, tu es presque CERTAIN que c'est lu par de nombreuses élites corporatistes et illusionnistes du Québec... pas libres pantoutes...

***

Anne-Marie Provost:

Avec une radio libertarienne et un «Galt's Gulch», la «monnaie libre» fait partie de mon «trifecta» libertarien «farpait»... pour faire face à ce qui s'en vient... et essayer de sauver le plus d'individus possible.

Steven

@Anne-Marie Provost

Tu avais une question sur un autre fil de discussion qui était intéressante mais a probablement été effacée car elle n'était pas pertinente à ce fil particulier. Je vais donc y répondre sur le fil libre ici. Je vais répondre aux parties que je me souviens de ta question. J'avais toute une réponse faite hier soir mais il était trop tard pour l'écrire. Voici la réponse:

La chose la plus importante à se souvenir et qui doit guider notre vie lorsque nous adhérons à la philosophie libertarienne est le principe (axiome) de non-agression. Tout tourne autours de ce principe. C'est l'os et tout autre notion est la chaire qui l'entoure.

De signer des traîtés internationaux (comme l'otan) engage une bonne partie de la population qui n'est pas nécessairement en accord avec ce traité. Ça contrevient à la liberté d'association très chère aux libertariens. Tu me diras p-ê que lorsqu'on envoie des militaires, ce sont des militaires de professions et non des citoyens conscrits. En ce moment, c'est le cas. Cependant, ça pourrait changer si la guerre se dégénère. Également, les citoyens contre cette guerre sont quand même obligé de la financé de force aux moyen des impôts et des taxes. De plus, ces décisions mettent en danger le citoyen ne voulant pas de cette guerre car il est maintenant rendu un ennemi de qqun d'autre contre son gré. Si l'ennemi envahit le pays, il va se foutre royalement de la position du libertarien.

Je me souviens que tu te demandais ce que ferait un libertarien dans la situation de terrorisme actuelle. Premièrement, il faut comprendre d'où ce terrorisme vient et qu'elle est notre responsabilité vis-à-vis son émergence. Mon analyse personnelle me dit que le terrorisme vient de la politique étrangère néo-conservatrice (de droite) que pratique les USA depuis un certain temps mais qui s'est accentué au temps de George W.Bush. Il est certain que si on avait eu un politique internationale libertarienne (donc pas de politique car on se mêle de nos affaires), on ne serait pas dans cette situation. Quoi faire maintenant que le dommage est déjà fait? On doit commencer par fermer l'ensemble des bases militaires occidentales (surtout américaines) dans tout les pays sauf ceux des pays d'où l'armée provient. Les pays occidentaux ne doivent plus se mêler de la politique de pays étrangers que ce soit pour des raisons prisées par la "droite" (ammener la liberté au moyen d'occupations étrangères *sic*) ou la "gauche" (redistribuer notre richesse vers ces pays afin d'améliorer le mieux être de la population *sic* résultant en une dépendance de ceux-ci envers nous et blâmer l'Occident pour tout ce qui va mal chez eux).

Une fois qu'il n'y aurait plus d'ingérence étrangère de notre part, le support financier, moral et religieux face au terrorisme s'estomperait graduellement. Les nouvelles générations, n'ayant pas vécu l'ingérence occidentale n'aurait plus beaucoup de haine envers nous. On pourrait sur le champs enlevé une bonne partie des mesures de sécurité n'apportant pas plus de sécurité et nous pourrions graduellement enlever le reste à mesure que la menace du terrorisme baisserait.

Pierre-Yves

@Steven:

"Mon analyse personnelle me dit que le terrorisme vient de la politique étrangère néo-conservatrice (de droite) que pratique les USA depuis un certain temps mais qui s'est accentué au temps de George W.Bush."

Je trouve votre analyse un peu idéaliste. Par exemple, la réalité en ce qui concerne le terrorisme international, d'origine 99.9% islamique, c'est qu'il se perpétue principalement en raison de l'absence de règlement dans le conflit israélo-palestinien. Si ce conflit trouvait un règlement, quel qu'il soit c'est pas mes affaires, les trois-quart du terrorisme islamique se verrait couper les jambes et ça dégagerait les ressources nécessaire pour traiter le quart restant. Maintenant, est-ce que ce serait possible sous un régime libertarien de s'affranchir des ces contraintes géotratégiques? J'en doute fortement.

Steven

@Pierre-Yves,

Je ne dirais pas que mon analyse est idéaliste mais probablement plus simpliste. Il est clair que la création d'Israël est un gros irritant ayant entrainer beaucoup de terrorisme. Cependant, la création émane de l'intervention des gouvernement occidentaux à la fin de la 2e guerre mondiale.

Je réalise que c'est plus complexe que ça. On pourrait même remonter à l'Empire Ottoman ou aux Croisades mais cette analyse était complémentaire à mon billet et je ne voulais pas m'éterniser dans cette question complexe

Pierre-Yves

@Steven:

"On pourrait même remonter à l'Empire Ottoman ou aux Croisades mais cette analyse était complémentaire à mon billet et je ne voulais pas m'éterniser dans cette question complexe"

Complexe c'est le moins qu'on puisse dire. Tout ce bagage historique crée un réseau de collaborations et d'inimitiés qui transcende les états. Et rend souvent utiles sinon nécessaires des collaborations qui ne sont pas gratuites, avec des administrations qui ne sont pas, en général, alignées sur le libertarianisme. C'est tout le problème avec les utopies isolationistes, d'ailleurs ça pourrait faire l'object d'un article en soi, genre "Politique étrangère et sociétés libertariennes".

Anne-Marie Provost

@ Steven

La défense nationale n'est-elle pas collectiviste par essence?

`Une fois qu'il n'y aurait plus d'ingérence étrangère de notre part, le support financier, moral et religieux face au terrorisme s'estomperait graduellement.`

Cela me semble très utopique. Les musulmans ont toujours eu des visées expansionnistes. L’impérialisme et l’ingérence américaine me semble seulement un excuse. De plus, l’argument selon lequel la haine s’estomperait de génération en génération ne me semble pas valable. L’évolution empêche les enfants de questionner le jugement de leurs parents. Des idées absolument irrationnelles sont passées des parents vers les enfants sans la moindre `dilution` sur des centaines d’années.

Pierre-Yves

@Anne-Marie Provost:

"L’impérialisme et l’ingérence américaine me semble seulement un excuse."

Effectivement, je ne crois pas que le fondamentalisme islamique cesserait d'être une menace pour l'Occident, même si les 'irritants' de la politique US disparaissaient du jour au lendemain. Et cela pose logiquement la question de savoir quelles sont les options défensives d'une société vouée à la non-agression (il y'en a, pensez à la Suisse) vis à vis de groupes hostiles disposés à utiliser la force pour imposer à cette société des choses dont elle ne veut pas. On arrêtre pas une armée ennemie en criant 'ciseaux'.

David Gendron

Mais le terrorisme est une réponse à quoi?

Pierre-Yves

@David Gendron

'Mais le terrorisme est une réponse à quoi?'

Poser une telle question, c'est comme demander 'pourquoi y'a t'il des conflits entre états, ou contre certains états'? Le terrorisme est une stratégie de type militaire utisée contre des civils, généralement dans le cas ou il existe une grande différence de moyens entre deux états ou sociétés en conflit déclaré (parce que le contexte politique fait partie intégrante de la définition du terrorisme, comme de la guerre classique).

Mais au fond le terrorisme n'est pas autre chose qu'une manifestation de l'existence de ce confilt, qui peut prendre d'autre formes (guérilla, guerre classique, blocus, guerre commerciale etc.) d'ailleurs suivant la conjoncture des buts et moyens en présence.

Et quelle que soit la nature de l'agression, il faut bien s'interroger sur la réponse qu'on doit y apporter - 'si vis pacem, para bellum'. Encore une fois, on ne parlemente pas avec un obus on un engin explosif improvisé.

Steven

@Anne-Marie et Pierre-Yves

La défense nationale est un élément imposé par le gouvernement dans notre société dans le but de "nous protéger". Est-ce collectiviste? oui, à divers degrés. Dans les pays où le service est obligatoire, c'est très collectiviste et dans les pays où le service n'est pas obligatoire mais où l'on doit le financer au moyen de d'impôts et de taxes spoliée, c'est quand même collectiviste mais un peu moins. Les libertariens minarchistes sont en accord avec l'existance de cette entitée collectivistes. Par contre, les anarcho-capitalistes s'y opposent. Un très bon livre sur l'armée dans une société anarcho-capitaliste est Chaos Theory de Robert P.Murphy pour ceux qui savent lire en anglais.

Je suis en accord lorsque tu dis que les nations musulmanes ont eu des visées expansionistes. On peut le voir au travers de l'empire Ottoman du temps. Cependant, les Occidentaux ont souvent eu des visées expansionistes au cours de leur histoire. De là les conflits avec les musulmans depuis les 1000 dernières années. On s'est battu contre eux pour savoir qui controlerait tel ou tel territoire. On a repoussé certaines de leurs invasions (je pense à l'Espagne) et ils ont repoussé certaines des notres (je pense au Maghreb).

Revenons à nos moutons. Est-ce que le virage vers une société libertarienne où l'on se mêlerait de nos affaires enlèverait 100% de l'agressivité musulmane à notre égard? Bien sure que non! Cependant, je reste ferme devant mon postulat où j'affirme qu'elle subirait une baisse graduelle. C'est reconnu que les gens qui se mêlent de leurs affaires attirent moins l'agressivité des autres. Il est certain que les Américains se sont attirés un montant accru d'aggressivité chez les musulmans en envahissant l'Afghanistan et l'Irak. Ce n'est pas l'origine de l'agressivité mais c'est un facteur aggravant majeur. Ce n'est pas du tout une excuse. Si on envahit mon pays et qu'on y instaure un régime militaire, je vais détester mes envahisseurs et si mon existence est assez misérable à cause de la conquête, je serais prêt à risquer ma vie afin de retrouver ma liberté.

Le fait que les idées passées de génération en génération ne se dilue pas ne tient pas selon moi. Par exemple, on peut voir que le terrorisme en Irlande du Nord est "presque" chose du passée. Une des raisons étant le fait que la population attache beaucoup moins d'importance à la religion que dans le passée. Les idées et la haine se sont donc dilluées au cours du temps. Il y a également d'autres raisons d'ordre politique...

Pierre-Yves

@Steven:

'Si on envahit mon pays et qu'on y instaure un régime militaire, je vais détester mes envahisseurs et si mon existence est assez misérable à cause de la conquête, je serais prêt à risquer ma vie afin de retrouver ma liberté.'

Je n'en doute pas, mais le but de l'affaire n'est pas de risquer votre vie, c'est plutôt de risquer celle de votre oppresseur: cela demande une certaine efficacité, et cette efficacité requiert une organisation militaire, d'une part, et des moyens que seul en général l'État peut se payer, d'autre part. Personne n'a jamais gagné un conflit en se faisant tuer pour une cause aussi juste soit elle; on gagne un conflit en s'arrangeant pour que ce soit l'adversaire, qui meure pour sa cause.

Anne-Marie Provost

@ Steven

À propos de Chaos Theory de Robert P. Murphy, je comprends que les critiques traditionnelles du socialisme s’appliquent aussi à la défense puisqu’il s’agit d’un système socialiste, mais au niveau mondial, les gouvernements compétitionnent entre eux pour offrir la meilleure défense à leurs clients de la même manière que Murphy décrit comment les compagnies de défense privés compétitionneraient entre elles dans un système anarcho-capitaliste. De plus, le problème du passager clandestin (free rider) n’est pas vraiment réglé. Murphy dit que le seul problème avec les passagers clandestins seraient que certaines corporations devraient assumer une plus grande charge des budgets de défenses. Les passagers clandestins ont les incitatifs pour que ses corporations assument une partie de plus en plus grosse de la charge et les corporations plus petites ont les incitatifs à devenir des passagers clandestins elles-mêmes. Je ne vois pas comment il serait possible d’atteindre un équilibre. Quant à l’argument selon lequel une compagnie privée pourrait concentrer la défense sur ces clients, je ne crois pas qu’il soit valide. Je peux penser à plusieurs situations où la défense doit être faite « collectivement, » e.g. système d’avertissement et détection de missiles balistiques intercontinental. Alors puisqu’il y aura des passagers clandestins et que certains aspects de la défense sont, par nature, collectif, je ne vois pas comment le financement de la défense pourrait être volontaire.

Je ne crois pas non plus que l’OTAN est une organisation criminelle, comme le disait Maxime Lamontagne et, dans le contexte actuel, comme je disais dans mon commentaire qui a été effacé, je crois qu’il est tout à fait légitime de former des alliances et des traités de défense avec d’autres États.

Pour ce qui est de la meilleure solution face aux fanatiques religieux, j’imagine que ça relève des opinions personnelles. Je ne crois pas que les fanatiques s’arrêteront simplement parce que nous rapatrierons nos soldats; vous pensez le contraire. L’Islam a transformé des sociétés avancées technologiquement et scientifiquement (par rapport au reste du monde à l’époque) en société quasi barbares. Je ne vois pas une tendance qui s’est établie sur 1400 ans changer bientôt.

Mathieu NV

Pour l'Islam, le problème vient de la logique de certains courants de cette religion à considérer l'état et le religion comme corolaire dans un tout dans une logique collectiviste ou même totalitariste. Pour la solution au terrorisme Islamique, j'ai l'impression qu'il n'y existe aucune solution miracle dans la mesure où de voir les visées expansionnistes de certains éléments plus radicaux dans ce domaine me fait réfléchir à ce sujet.

Pour le terrorisme en Irlande du Nord, je crois qu'une des causes du ralentissement du terrorisme avec la légitimation de l'arène politique et les relations de plus en plus tendues entre la République d'Irlande et les groupes terroristes dans le nord viennent du fait que ceux qui soutenaient financièrement les groupes comme l'IRA (qui étaient souvent de la diaspora aux États-Unis) ont eu un énorme changement de vision à ce sujet suite au 11 septembre.

En fait, j'ai l'impression qu'il y a autant de raisons à l'utilisation d'actes terroristes (tout dépend aussi du groupe) qu'il en a pour faire une guerre. Pour le terrorisme Islamique, aucun spécialiste à ce sujet n'a trouvé une réponse claire pourvu que cela n'est toujours fait contre des intérêts supposément Américains ou occidentaux. Parfois même, ce terrorisme est faire contre différents groupes confessionnels faisant même parfois partie de la même religion ou de gens de différents groupes ethniques ou tribaux, d'où même de dire que n'importe quel groupe peu organisé d'individus peut s'improviser comme groupe terroriste.

Marianne

La doctrine de l'islam exclut sans ambiguité toute séparation de la religion et de l'état. Il y a bien sûr de nombreux musulmans pacifiques mais l'islam est politique par nature et, par nature aussi, expansionniste. Il faut voir ce qui se passe dans les banlieues européennes. Les politiques US, même si elles sont maladroites ou inappropriées sous un angle libertarien, n'ont rien à voir avec l'apparition du terrorisme islamique. Quant au "conflit israélo-palestinien", c'est une explication commode mais il n'a rien à voir non plus avec l'islamisme, qui se manifesterait de toute façon sans lui.

Je comprends la position libertarienne exprimée par certains des commentaires, mais elle ne se situe pas dans la même réalité que celle de gens qui n'ont pas de respect pour un système de pensée qui n'est pas le leur, et qui veulent in fine conquérir et convertir.

Pierre-Yves

@Marianne

'l'islam est politique par nature et, par nature aussi, expansionniste.'

Et collectiviste, comme la plupart des religions; l'individu n'a aucune importance, l'Islam fait du collectivisme un pilier de la raison d'Éta. C'est un autre aspect en quoi il est opposé aux valeurs libertariennes. Seul peut-etre le soufisme passerait l'examen.

Marc F.

Le 2-22 St-Laurent: un autre éléphant blanc ?


Le retard dans la construction de l'immeuble dit 2-22 St-Laurent, au coin de St-Laurent et Ste-Catherine, serait dû à une subvention "qui ne vient pas" de la part du gouvernement fédéral.

Ce qu'il faudrait bien reconnaître, c'est que tout ce projet est en fait un "château de cartes" fait de subventions additionnées les unes aux autres.

Pire, les organismes qui occuperont les lieux du "2-22" seront, eux aussi, tributaires, dans les prochaines 25 années et plus, de montants d'argent provenant éventuellement, mais certainement pas automatiquement, des divers gouvernements.

Or, on peut penser qu'en vertu des conditions budgétaires et fiscales futures, les gouvernements devront au contraire faire des choix difficiles, et sabrer dans les budgets discrétionnaires et les subventions à des programmes non essentiels.

Espérons donc que rien ne vienne bouleverser, au cours des prochains 25 ans, les prévisions (les espoirs?, les illusions?) des concepteurs de ce projet.

Même si le 2-22 est sur papier une bien belle idée, j'entrevois pour ma part à moyen terme un autre bel éléphant blanc à l'horizon.

Bastiat79

@ Anne-Marie

"Je peux penser à plusieurs situations où la défense doit être faite « collectivement, » e.g. système d’avertissement et détection de missiles balistiques intercontinental."

Je ne pense pas que cet argument soit valable. Si assez de clients veulent s'assurer contre les missiles, il devient rentable pour les assureurs (ou organisation équivalente) de participer financièrement à un tel système. Si trop peu de clients veulent s'assurer contre les missiles, alors par définition nous n'avons pas "besoin" d'un tel système. Le seul collectivisme que je vois ici, c'est votre propension à décider pour les autres ce qu'il leur faut comme moyens de défense.

Mathieu NV

Vous avez entendu parler de la ville en Californie qui pour éviter de faire faillite a décidé de tout sous-contracter ses services au domaine privé ou para-public.

Ironiquement, j'ai même l'impression que cela pourrait être bénéfique pour cette petite municipalité en superficie ayant une relative grand population.

Sébas

A «Classe économique» de vendredi ( http://www.radio-canada.ca/emissions/classe_economique/2009-2010/archives.asp?date=2010-07-23 ), on disait que si le Canada et le systême bancaire canadien s'en sortaient mieux qu'ailleurs, c'est qu'ici les «réserves bancaires» réglementaires sont plus élevées qu'ailleurs, i.e. «à 10%» (sic).

Ce qui est totalement faux, même si TOUS les économistes médiatisés répètent toujours ça, i.e. que nous avons résistés à la crise mieux qu'ailleurs à cause de la présence ici de plus de réglementation, alors que la réalité c'est qu'il y avait moins de reglementation et de lois/processus étatiques qui -par exemple- incitaient les banques à prêter à des individus insolvables.

***

«Bank of Canada: reduction of the required reserve ratio to zero »
(1992–94)

Page 12:
http://bank-banque-canada.ca/en/review/winter05-06/redish.pdf

***

D'ailleurs, Martin Masse a écrit plusieurs textes qui démontrent tout ça...
Je ne comprends vraiment pas pourquoi personne dans les médias ou en politique comprennent cette réalité...

Lorsque la crise arrivera ici, ils vont encore dire que c'est la faute aux spéculateurs, alors que c'est la SCHL qui a incité les banques à prêter trop d'argent à trop de monde...

Pierre-Yves

Jetez un coup d'oeil sur cette merveille de mégalomanie étatique:

http://images.businessweek.com/ss/09/10/1014_obamas_25_ways_to_rebuild_america/26.htm

Maintenant comparez, disons, à ceci:

http://www.theinquirer.net/inquirer/news/1052014/glorious-north-korea-develops-cyber-war-unit

Y'a de la compétition dans l'air, Al-Gore (inventeur de l'Internet!!!) peut aller se rhabiller.

Sébas

Pierre-Yves:

La réalité dépasse la fiction: nous allons vraiment vers un état dictatorial... mondial.

Et pour ceux qui pensent que ce n'est pas vrai, que cela n'est pas possible, que cette idée sort de la tête d'un «complotiste parano» (sic: les médias du troupeau, qui ne sont pas LIBRES de tout dire), écoutez ceci:

http://www.dailymotion.com/video/xdnkle_debat-melenchon-attali_news?start=0#from=embed

Jacques Attali travaille à 100% pour atteindre ces objectifs et il est proche des 'pouvoirs' les plus influents au niveau mondial.

Dans cet échange (faux débat...), presque tout ce que je dis depuis des années, s'y trouve...

Sébas

Message à monsieur Luc Phaneuf -théologien- concernant son intervention d'hier au 98.5 fm:


---» http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=76296
(à partir de 1:50)

***


Si nous sommes de plus en plus nombreux à être individualistes/égoïstes, c'est parce que dans l'histoire de l'humanité, il n'y a JAMAIS eu autant de domaines de nos vies qui ont été collectivisées -de force (sauf sous Staline, Mao, Hitler ou Kim Jong II) ! Mais ici, il n'y a pas de «sang dans les rues», ou de prison pour les dissidents politiques, quoique... mais passons.

*

Lorsque TOUS nos droits INDIVIDUELS sacrés sont respectés, l'égoisme/l'individualisme sont quasi absents!

C'est le collectivisme -FORCÉ- qui amène l'individualisme et la multiplication des désirs d'évasions (face à la réalité «collectivisée»).

Lorsque les individus sont FORCÉS de partager, sont sur-taxés, sur-reglementés, ils deviennent égoïstes, individualistes, lâches et essayent de s'évader dans des rêves et ce, par tous les moyens possibles...

Lorsqu'ils sont 100% libres (et 100% responsabilisés), la solidarité -LIBRE- et la générosité -LIBRE- sont omniprésentes.

Si plusieurs chrétiens (surtout dans les pays chochiaux-démocrates), sont attirés par l'illusion de l'état-providence, c'est parce que le discours est quasi identitique au discours de Jésus: bien commun par ci, solidarité par là, mais il y a une NUANCE importante: l'un est imposé, l'autre est choisi LIBREMENT.

***

Dans le monde dit «libre», analysons les sociétés les plus collectivisées -de FORCE (et j'insiste sur le mot «force» !);

Suède, Finlande, Québec, etc :

C'est là où l'on retrouve le plus de familles en décomposition, où les gens vivent le plus de solitude, etc, AU MONDE !

Et à l'autre extrême(surtout en dehors de l'occident collectivisé et en-dehors des pays ouvertement communistes), dans les sociétés où il n'y a pas d'état-providence, pas de collectivisme FORCÉ, les gens sont très solidaires, les familles unies et fortes, etc.

Un autre exemple «extrême» (en occident):

Les Amishs ne forcent personne à être solidaire, à partager, à vivre dans des familles unies, etc. Ils ne payent PAS d'impôts et de taxes, ils n'ont AUCUN service de l'état, et pourtant tous vivent bien, tant au niveau moral que matériel (donc non endettés)... comme presque TOUS nos ancêtres, AVANT l'avènement de l'état-providence ou de l'état-collectivisé.

L'état-providence est le PLUS GRAND DESTRUCTEUR DE CIVILISATION: c'est «lui» qui pousse les gens vers la solitude et dans les bras de la «société de consommation et d'évasion».

Et pour finir en beauté: ce systême ne peut pas durer, car il est basé sur l'extorsion légale -mais immorale- de nos revenus; sur la sur-reglementation; sur des lois qui violent presque tous nos droits sacrés et sur le sur-endettement généralisé de tout ce qui existe dans cette société...

p.s.
Merci au 98.5 fm et à Marie Plourde pour cette «ouverture».
;-)

Mathieu NV

Justement, le fait qu'un organisme étatique comme Fannie Mae ou Freddie Mac est l'une des sources du problème, ce que beaucoup de gens dans le domaine savent mais qu'on ose cacher dans les médias. Par contre, en lisant moindrement des rapports plus techniques sur ce sujet, cela saute carrément aux yeux.

Pourtant, l'administration actuelle aux États-Unis ne veut pas réformer (ou carrément abolir) ces deux organismes qui sont responsables d'éléments importants de la crise des subprimes. Pas besoin d'aller voir loin que quelque chose ne tourne pas rond!

Or, il est carrément ironique de voir que certaines personnes qui sont des supposés experts en économie sont incapables de comprendre que ces deux organismes ont un rôle important et du fait qu'ils ont carrément dé-responsabilisé le marché immobilier.

Donc, est-ce de l'aveuglement volontaire sous fond idéologique? You bet!

 Sébas

Question rapide (mais cruciale) à;

-Bob;
-aux anarchistes (anti propriété privée, car ils croient que la concentration des propriétés -ou du capital- est causée par le «capitalisme»);
-aux économistes «keynésiens» (i.e. PRESQUE TOUS les économistes popularisés -artificiellement- par les illusionnistes dans les médias);
-aux adeptes de l'état-providence;

... finalement à tous ceux qui pensent que les interventions de l'état dans l'économie peuvent donner de bons résultats (libertariens: svp vous abstenir, sauf si j'ai oublié qq chose, merci)...

*

MISE EN CONTEXTE:

Mon père a acheté un bungalow (4 chambres à coucher, sous-sol fini), à Brossard (une banlieue situé à environ 15 minutes du centre-ville de Montréal), au début des années 70... pour environ 30 000 $.


VOICI DONC LA QUESTION:

Combien coûterait un tel bungalow, SI l'état n'intervenait PAS DU TOUT dans la dite économie (donc, pas de SCHL; pas de banque centrale et pas de monnaie fiduciaire, donc pas de fausse monnaie inflationniste; pas de subventions à l'étalement urbain; etc), et SI on ne tient pas compte de la rareté des terres proches du centre-ville (donc pour comparer une pomme avec une pomme, il faut comparer CE bungalow avec un bungalow situé à environ 45 minutes du centre-ville...).

CHOIX DE RÉPONSES:

1) Environ 25 000 $ (car tous les gains de productivité seraient passés aux acheteurs) ?

2) Environ 30 000 $ ?

3) 200 000 $ et plus (comme c'est le cas aujourd'hui) ?

4) Je ne comprends pas la question (MA RÉPONSE: alors arrêtez de croire tous les économistes «keynésiens» qui ne comprennent rien à rien à l'économie, et instruisez-vous sur CE site)
;-)

5) Ça dépend de plusieurs autres facteurs (comme «la spéculation»), c'est donc impossible de répondre ? (MA RÉPONSE: euh, même commentaire qu'au # 4)

p.s.
Le même genre de questions s'appliquent aux terres agricoles, et avec encore plus d'acuité, car ce secteur est encore plus subventionné/encadré par l'état, ce qui fait augmenter la grosseur de fermes, la concentration de la production et naturellement, le prix de ces fermes et des produits agricoles...

p.p.s
Si vous répondez à cette question avec intelligence et en utilisant uniquement des faits réels, vous allez -enfin- comprendre pourquoi l'état interventionniste est notre PIRE ENNEMI à tous...

Mais je sais que tout, mais vraiment tout ce qui est affirmé dans les médias dit le contraire et presque tous les «experts» (haha!), disent le contraire, mais cela ne veut dire qu'ils n'agissent pas comme des «lemmings»... pour eux et pour nous tous...

Minarchiste

Je viens de publier un article sur la théorie autrichienne des cycles économiques:

http://minarchiste.wordpress.com/2010/07/30/la-theorie-economique-autrichienne-expliquee-en-schemas/

J'aimerais bien votre opinion sur ma façon de l'expliquer.

Au plaisir

Martin D.

Question de Sebas

Voici ce que mon instinct me dicte:

Puisque la création monétaire est dorénavant laissée au marché et que personne n’est assez imbécile, du moins à moyen et long terme pour se laisser berner par une monnaie inflationniste, le marché se serait dirigé rapidement vers l’étalon or/argent.

prenons comme hypothèse qu’en 1970, avant l’abandon définitif du lien avec l’or, le dollar avait une valeur d’une once d’argent. En passant quand j’étais enfant je collectionnais les pièces de monnaie et je possède encore de ces pièces de 1 dollar en argent, les dernières furent produites en 1967 je crois. Donc votre maison valait 30,000 onces d’argent ou 30,000$ à l’époque. Sous toutes réserves cependant je ne suis pas sur que ces pièces de monnaie contenaient vraiment 1 once d’argent pur.

Je crois que pour répondre à votre question je dois m’interroger sur 3 aspects : la demande de maison, l’offre de maison et finalement la quantité de monnaie en circulation.

1)Demande de maison:

Je pense que la demande de maison depuis 1970 aurait été égale à l’addition de l’augmentation de la population en générale et l’augmentation de la proportion de la population qui peut avoir accès à une propriété.

Je pense que l’économie en l’absence de fausse monnaie et des subséquents Malinvestments aurait conduit à la création d’une richesse sans précédent où la pauvreté aurait probablement été quasiment éliminée. Ainsi il est probable qu’une forte majorité des gens posséderait une maison aujourd’hui plutôt que d’être locataire. La conséquence évidente est que la demande aurait subi une forte augmentation et mis une pression énorme sur la hausse des prix.

2)Offre de maison:

Les éléments de base (ciments, briques, bois, etc.) sont abondants ou faciles à produire, je ne vois aucun problème pour que ces éléments ne suivent pas la demande et ainsi équilibrer à la baisse les prix.

Pour ce qui est de l’abondance de main d’œuvre et des salaires, la pression à la hausse serait grande. Cependant la forte diminution des Malinvestments aurait libéré un nombre incroyable de gens qui seraient réorienter naturellement vers les domaines productifs et rentables. Ainsi les fonctionnaires, employés de banques et services financiers, employés de corporations privées affectées à la conformité réglementaire, fiscalistes, avocats, etc. qui sont selon moi un exemple flagrant des Malinvestments se dirigeraient naturellement vers ces secteurs productifs créant ainsi une pression à la baisse sur les salaires. Il est aussi raisonnable de penser que le manque de main d’œuvre ait pu être comblé par une masse importante d’auto constructeurs (gens qui construisent eux-même leur maison et qui vendent par la suite). Je l’ai moi-même fait deux fois.

Je pense que les entrepreneurs auraient construis des maisons en quantité suffisante pour combler la demande et faire un profit raisonnable considérant la compétition. Je ne crois pas que l’offre aurait dépassé la demande puisque si l’offre est trop importante les prix baissent rapidement et les entrepreneurs ne font plus suffisamment de profit.


3)Quantité de monnaie:

On estime que les réserves d’or connues représentent environ 40% du total de l’or déjà extrait. L’or déjà extrait à pris environ 3,000 ans à extraire. Bien sur les moyens techniques de l’époque étaient quelques peu primitifs. Néanmoins on peut présumer que l’extraction de l’or n’est pas une mince affaire. Après tout si c’était facile tout l’or du monde serait déjà extrait depuis longtemps. Ainsi le maximum d’augmentation de la masse monétaire en or sur la planète entière jusqu’à la fin des temps serait d’environ 40%. Wow quel incroyable protection contre l’inflation. Bien sur il y a les réserves non connues, mais pour celles-ci il n’y a pas que les coûts d’extraction, il y a aussi les coûts de recherches à considérer. Malheureusement je n’ai pas l’information pour l’argent mais il est fort à parier que les proportions sont similaires.

Je crois que l’inflation monétaire aurait été négative (Déflation) puisque l’augmentation de la population aurait créé une rareté plus importante que l’augmentation de la valeur absolue des quantités extraites.


Conclusion:

Forte augmentation de demande de maison + forte augmentation de l'offre de maison + faible déflation monétaire =

Je crois que votre maison vaudrait maintenant 25,000 onces d’argent ou 25,000 dollars honnêtes.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook