« Recensement: les élites déconnectées contre le monde ordinaire | Accueil | Le prix unique pour sauver le livre »

01 août 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sébas

Je m'étais promis de ne plus écrire (*GO GALT!)...
Mais je un suis humain "solidaire" et altruiste (même si je suis plutôt solitaire et même "sauvage")... et non pas un personnage dans un roman, i.e. Atlas Shrugged (qui fait la promo de l'égoïsme soi-disant pour faire "l'Antagoniste" de la "générosité/solidarité" FORCÉE de l'état = "2 wrongs don't make a right"...)
;-)


@ Marianne:

Ouais, de toute façon, sous le règne de la fausse monnaie ÉTATIQUE, ce n'est qu'une question de temps avant que l'Europe fasse faillite...

Dans notre monde matériel, rien ne peut égaler la force de destruction de cette fausse monnaie étatique... rien. Même pas la grande ingéniosité et/ou la grande "culture" des européens...

Cette monnaie EST un rouleau-compresseur de dettes(car notre monnaie EST devenue de la dette), qui -à terme- détruit tout sur son passage.

Comme tous les êtres humains sont voués à (re)devenir poussière, l'adn de notre vie matérielle, politique, économique, etc, sera voué à l'échec et ce, tant que cette fausse monnaie diabolique existera(i.e. sera légalisée par "l'état-dépendance"...)

Tous ce que les états, provinces, pays, individus, entreprises, etc, feront, sera -à terme- détruit (ou "récupéré" par quelques "puissances"), par l'existence de cette fausse monnaie étatique, qui est essentiellement de la DETTE (basé sur RIEN et INVENTÉ à partir de RIEN!).

Les alchimistes de "babylone" sont au pouvoir...
;-)

Et non, malheureusement, je n'exagère pas.
Et non, je n'insisterai JAMAIS assez.

Rien n'est plus destructeur (après le mal qui se trouve dans l'âme humaine --- pour ceux qui croient à l'existence de l'âme), dans ce BAS monde...

Tous nos projets, tous nos rêves, tous nos objectifs terrestres peuvent et vont être détruit par l'existence et par notre dépendance à cette fausse monnaie-dette-inflationniste.... étatique, basée sur RIEN.

*

En passant, ceux que je considère comme étant de grands penseurs -en France ou en Europe, (comme ALAIN SORAL ou Zemmour)... CRITIQUENT "TOUT", mais JAMAIS le fondement philosophique de l'état-providence...

Le Vatican (et je suis un chrétien catho): idem...

POURQUOI?

Est-ce devenu la nouvelle religion, le nouveau dogme, la nouvelle doctrine sacrée... autant pour ceux qui se disent de gauche OU de droite ? Autant pour les "conservateurs", que les athées?

Ne comprennent-ils pas que c'est notre dépendance à "l'état-dépendance" qui permet (et permettra) TOUT LE "RESTE" des oppressions que tous les peuples occidentaux vivent et vivront avec une acuité infiniment plus intense que maintenant?

Question aux ALAIN SORAL de ce monde:

Comme vous dites, si les banquiers privés ne peuvent plus inventer de la fausse monnaie étatique à partir de rien, l'état ne sera plus endetté... mais n'est-il pas aussi vrai que l'inflation n'existera PLUS (sauf pour de rares évènements catastrophiques!)... et que TOUT SERA MOINS CHER (et de moins en mois cher !... grâce à tous les gains de productivité de la techno!), et que l'argent (réel, celui-là!), que nous épargnerons tous (au lieu d'être TOUS endettés, comme des cons), couvrirons TOUS nos besoins, y compris nos retraites ? (Marx -que vous affectionnez- n'en parle-t-il pas un peu?).

*** Alors -svp, dites-moi- à quoi servira "l'état-dépendance" dans un tel contexte ? ***

Oui il restera des pauvres et des inégalités (il en restera TOUJOURS! Et d'ailleurs, dans notre soi-disant monde égalitaire/solidaire basé sur la FAUSSE monnaie de l'état-providence, les inégalités existent et AUGMENTENT, sans cessent !!!)... mais n'est-il pas vrai que si "l'état-dépendance" (i.e. l'état-providence), ne nous vole pas DE FORCE autant d'argent et que si cet état ne nous rend pas de plus en plus dépendant et "robotisé" (par ses millions de lois et règlements, en augmentation parabolique), de LUI (donc, de moins en moins solidaires entre nous), les gens seront beaucoup plus solidaires, mais de façon non-forcée ?

***

A MÉDITER:

La prédiction de Tocqueville:

Un lecteur note un passage célèbre du maître ouvrage de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, tiré du chapitre intitulé : « Quelle espèce de despotisme les nations démocratiques ont à craindre ». La prévision de l’écrivain est si juste, sa description correspond si bien à notre modernité que l’on serait tenté de parler de divination. Il s’agit de beaucoup mieux : une éblouissante analyse des causes permettant d’anticiper les effets :

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde. Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leurs âmes. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce humaine ; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d’eux, mais il ne les voit pas ; il les touche et ne les sent point ; il n’existe qu’en lui-même et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie.

Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, pré-voyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur ; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages, que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ?

C’est ainsi que tous les jours il rend moins utile et plus rare l’emploi du libre arbitre ; qu’il renferme l’action de la volonté dans un plus petit espace, et dérobe peu à peu à chaque citoyen jusqu’à l’usage de lui-même. L’égalité a préparé les hommes à toutes ces choses : elle les a disposés à les souffrir et souvent même à les regarder comme un bienfait.

Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l’avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.

J’ai toujours cru que cette sorte de servitude, réglée, douce et paisible, dont je viens de faire le tableau, pourrait se combiner mieux qu’on ne l’imagine avec quelques-unes des formes extérieures de la liberté, et qu’il ne lui serait pas impossible de s’établir à l’ombre même de la souveraineté du peuple. »

*

Ne dirait-on pas une peinture de notre société ?


Sébas

@ Martin D.

Votre réponse est succulente !!!!!

http://www.leblogueduql.org/2010/07/le-fil-de-discussion-libre-de-juillet.html?cid=6a00d8341cb44a53ef013485e5f7c3970c#comment-6a00d8341cb44a53ef013485e5f7c3970c

p.s.
Je suis curieux:

Comment êtes-vous vous capable de comprendre ces simples RÉALITÉS, alors que la plupart des diplômés disent presque tous -toujours le contraire?

Quelles sont vos études ? Sûrement pas en économie (les économistes diplômés dans nos universités étatiques sont -pour la plupart- des CANCRES... keynésiens; sur-valorisés, qui vont conduire notre monde vers le précipice, comme des lemmings...)

p.p.s
Si -par miracle, c'est ce que cela va prendre!- j'ouvre une radio commerciale, je vous invite pour discuter pendant des heures et des heures !
;-)

p.p.p.s
Oui ma question n'était pas pour les libertariens, mais j'aimerais bien que Mathieu, Martin Masse, B. Vallée, Pierre Yves, Marianne, François 1, Sébas2, Hugo, Steven, Kevin, Mathieu NV, Annie Langevin, Libre Entreprise, Minarchiste, Simon Leduc, David Gendron, Eric L., etc (désolé pour tous ceux que j'oublie), y répondent:

http://www.leblogueduql.org/2010/07/le-fil-de-discussion-libre-de-juillet.html?cid=6a00d8341cb44a53ef0133f2b96801970b#comment-6a00d8341cb44a53ef0133f2b96801970b

C'est là que tous (!), verront à quel point "l'état-dépendance" est vraiment notre plus grand ennemi à TOUS et ce, pour TOUS les domaines de nos vies -y compris pour notre instruction et notre notre santé (et ce, malgré les apparences! et les beaux discours des Obama et cie de ce monde...).

Derteilzeitberliner.wordpress.com

Landspitali, l'hôpital national d'Islande, met sur son site internet ses tarifs pour patients non-assurés. On peut donc présumer leur ouverture à soigner des gens prêts à payer en espèces, quoique les Islandais doivent toujours payer une partie des soins de leur poche de toute manière.

Sébas

Si vous voulez comprendre dans quel système nous vivons TOUS (petits comme grands, naïfs comme intelligents), et où nous allons TOUS, lisez et surtout méditez ceci:


NOUS SOMMES RENDUS LÀ !

Thomas Jefferson :

"Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d'abord par l'inflation, ensuite par la récession, jusqu'au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis."

Lenin :

"Le moyen le plus sûr de renverser un ordre social existant consiste à corrompre la monnaie"

Maurice Allais (Prix Nobel de Sciences Économiques 1988) :

"Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents"

Henry Makow:

"Les banquiers Illuminati gouvernent le monde grâce à la dette qui correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne tente de les renverser. Aussi longtemps que les banques privées, au lieu des gouvernements, contrôleront la création de l’argent, la race humaine sera condamné
e. Ces banquiers et leurs alliés ont tout acheté et tout le monde"

Mécanique de l’argent moderne (Banque de Réserves Fédérale de Chicago):

"Le processus proprement dit de la création monétaire se passe principalement dans les banques… les banquiers ont découvert qu’ils pourraient faire des prêts simplement en donnant leur promesse de payer, ou des billets de banque, à des emprunteurs. De cette façon les banques ont commencé à créer l’argent. Les dépôts de transaction sont les contreparties modernes des billets de banque. C’était une petite étape d’imprimer des billets en les créditant dans les livres comptables des dépôts des emprunteurs, que les emprunteurs alternativement pourraient « dépenser » en faisant des chèques, « imprimant de ce fait » leur propre argent."

Woodrow Wilson (Ancien président des Etats-Unis):

"Certains des plus grands hommes des Etats-Unis, dans le domaine du commerce et de la production, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il existe quelque part une puissance si organisée, si subtile, si vigilante, si cohérente, si complète, si persuasive... Qu’ils font bien, lorsqu’ils en parlent, de parler doucement."

John Kenneth Galbraith (Économiste):

"Le procédé par lequel les banques créent de l’argent est tellement simple que l’esprit en est dégoûté"

Graham F. Towers (Gouverneur de la Banque du Canada 1934-54):

"Chaque fois qu’une banque fait un prêt, un nouveau crédit bancaire est créé. De l’argent tout neuf."

Napoléon Bonaparte (empereur Français -1769-1821):

"Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. [...] L'argent n'a pas de patrie ; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain."

David Rockefeller (Commission Trilatérale -1991):

"Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés."

Rothschild Brothers of London:

"Les quelques personnes qui comprennent le système (argent et crédits) seront soit tellement intéressés par les profits qu’il engendre, soit tellement dépendantes des faveurs qu’il conçoit, qu’il n’y aura aucune opposition au sein de cette classe. D’un autre côté, les personnes incapables d’appréhender l’immense avantage retiré du système par le capital porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts"

William Lyon Mackenzie King (Ex-premier ministre du Canada):

"Jusqu’à ce que le contrôle de l’émission de devises et de crédit soit restauré au gouvernement et reconnue comme sa responsabilité la plus flagrante et la plus sacrée, tout discours sur la souveraineté du Parlement et la démocratie est vain et futile... Une fois qu’une nation abandonne le contrôle de ses crédits, il n’importe plus qui fait ses lois... L’usure, une fois aux commandes, coule n’importe quelle nation."

Abraham Lincoln (Président des Etats-Unis, assassiné!!!):

"Le gouvernement devrait créer, émettre, et faire circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour satisfaire les dépenses du gouvernement et le pouvoir d’achat des consommateurs. En adoptant ces principes, les contribuables économiseraient d’immenses sommes d’argent en intérêts. Le privilège de créer et d’émettre de la monnaie n’est pas seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité."

James A. Garfield (Président des Etats-Unis, assassiné!!!):

"Celui qui contrôle le volume de la monnaie dans notre pays est maître absolu de toute l’industrie et tout le commerce... et quand vous réalisez que le système entier est très facilement contrôlé, d’une manière ou d’une autre, par une très petite élite de puissants, vous n’aurez pas besoin qu’on vous explique comment les périodes d’inflation et de déflation apparaissent."

John Adams (Père fondateur de la Constitution américaine):

"Toute la perplexité, la confusion, et la détresse en Amérique ne provient pas des défauts de la Constitution ou de la Confédération ni du désir d’honneur ou de vertu mais de notre ignorance profonde de la nature des devises, du crédit, et de la circulation."

Woodrow Wilson (Président des Etats-Unis -1913-1921):

"Je suis un homme des plus malheureux. J’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, sont entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes dominants."

Benjamin Franklin:

"L’incapacité pour les colons d’obtenir le pouvoir d’émettre leur propre argent à l’écart des mains de Georges III et des banquiers internationaux fut la raison PRINCIPALE de la guerre d’indépendance."

Sir Josiah Stamp (Directeur de la Banque d’Angleterre -1928-1941 -(Réputé 2e fortune d’Angleterre à cette époque):

"Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et en un tour de mains ils créeront assez d’argent pour la racheter. Otez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits."

Léon Tolstoï:

"L’argent est une nouvelle forme d’esclavage, il se distingue de l’ancienne simplement par le fait qu’il est impersonnel, il n’y a pas de relation humaine entre le maître et l’esclave."

Encyclopædia Britannica (14ème Edition):

"Les banques créent du crédit. C’est une erreur de croire que le crédit des banques est créé dans toute mesure par le versement d’argent aux banques. Un prêt créé par la banque constitue un ajout significatif au volume d’argent de la communauté"


Lord Acton (Lord Chief Justice of England, 1875):

"Le problème récurrent au cours des siècles derniers et qui devra être réglé tôt ou tard est celui du conflit qui oppose le Peuple aux banques."


Sir Josiah Stamp (Governor of Bank of England, 1920):

"Les banquiers détiennent la Terre. Si vous souhaitez rester leurs esclaves et payer le coût de votre propre esclavagisme, alors laissez les continuer à créer de l’argent."

George H.W. Bush, 1992:

"Si le Peuple avait la moindre idée de ce que nous avons fait, il nous traînerait dans la rue et nous lyncherait."


M. Phillip A. Benson (Président de l’association American Bankers’ Association, 8 juin 1939):

"Il n’existe pas de moyen plus efficace pour prendre le contrôle d’une nation que de diriger son système de crédit (monétaire)."

Andrew Gause,(Historien de la monnaie):

"Une chose à comprendre à propos de notre système de réserve fractionnaire est que tel lors d’un jeu de chaises musicales, aussi longtemps que la musique tourne, il n’y a pas de perdants."

Irving Fisher (Économiste et auteur):

"Ainsi notre moyen national d’échange est maintenant à la merci des transactions de prêts des banques, qui prêtent, non pas de l’argent, mais des promesses de fournir de l’argent qu’elles n’ont pas."

Marriner S. Eccles (Gouverneur et président du CA de la Fed):

"S’il n’y avait pas de dette dans le système, il n’y aurait aucun argent."

Abraham Lincoln (Président des Etats-Unis):

"Le gouvernement devrait créer, émettre et favoriser la circulation des monnaies et des crédits nécessaires à la satisfaction du besoin de dépense du gouvernement et du besoin d’achat des consommateurs. L’adoption de ces principes doit permettre aux contribuables d’économiser le paiement d’un gros volume d’intérêts. L’argent cessera de gouverner et se mettra au service de l’humanité."

Rothschild:

"Permettez-moi d’émettre et de contrôler les ressources monétaires d’un pays et je me moque de celui qui écrit ses lois."

Charles A. Lindbergh:

"Le système financier est devenu la Banque centrale américaine (Federal Reserve Board). Cette banque centrale gère un système financier au moyen d’un groupe de purs profiteurs. Ce système est privé et son seul objectif consiste à réaliser les profits les plus énormes possibles en utilisant l’argent des autres. Cette loi (de la Réserve fédérale) démontre la plus grande preuve de confiance au monde. Lorsque le président signe cet acte, il légalise le gouvernement invisible par le pouvoir monétaire. Les personnes ne s’en rendent peut-être pas compte pour le moment mais le jour du jugement n’est plus qu’à quelques années, le jour du jugement de cet Acte qui représente le pire crime de tous les temps commis au nom de la loi par l’intermédiaire d’un projet de loi."


Henry Ford:

"Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin."

American’s Bulletin:

"Nous avons été communisés : la production doit être régulée de manière impitoyable par rapport à la consommation ou .... la fraude du crédit bancaire au détriment du public sera révélée."

Henry Ford:

"La jeunesse qui pourra résoudre la question monétaire fera plus pour le monde que toutes les armées de l'histoire."

Louis McFadden:

"Nous possédons dans ce pays l’une des institutions les plus corrompues que le monde ait jamais connu. Je veux parler de la Banque centrale américaine. Cette institution a appauvri les citoyens des Etats-Unis et a presque mené notre gouvernement à la faillite. Tout ceci est dû aux pratiques frauduleuses des vautours qui contrôlent cette situation. Un super état dirigé par les banquiers et les industrialistes internationaux qui s’associent avec plaisir pour asservir le monde."


Robert H. Hemphill (Gestionnaire de crédits, Fed, Atlanta, Géorgie):

"Si les banques créent assez d’argent synthétique, nous prospérons ; sinon, nous sombrons dans la misère. Nous sommes, définitivement, sans système monétaire permanent. Quand on a une vision complète de l’ensemble, l’absurdité tragique de notre position désespérée est presque incroyable, mais il en est ainsi."

1924 US Banker’s Association Magazine:

"Le capital doit assurer sa propre protection par tous les moyens possibles, grâce à la coalition et à la législation. Les dettes doivent être collectées et les hypothèques interdites le plus rapidement possible. Lorsque les personnes ordinaires perdent leurs maisons à travers le processus de la loi, elles deviennent plus dociles et peuvent plus facilement être dirigées grâce au bras fort du gouvernement représenté par les principaux acteurs financiers et par une puissance centrale due aux richesses. Ces vérités sont bien connues de nos principaux intervenants qui s’appliquent désormais à créer un impérialisme permettant de gouverner le monde. En divisant les votants grâce au système de parti politique, nous les manipulons afin qu’ils dépensent toute leur énergie pour des problèmes n’ayant aucune importance. C’est donc grâce à une action discrète que nous garantirons la pérennité de ce que nous avons si bien planifié et accompli."

Wright Patman (Membre démocrate du Congrès, 1928-1976, Président du comité de la Banque et de la Monnaie 1963-1975):

"Je n’ai jamais vu personne ayant pu, avec logique et rationalité, justifier que le gouvernement fédéral emprunte pour utiliser son propre argent... Je pense que le temps viendra où les gens demanderont que cela soit changé. Je pense que le temps viendra dans ce pays où ils viendront nous accuser, vous, moi, et toute personne liée au Congrès, d’être resté assis sans rien faire et d’avoir permis à un système aussi stupide d’être perpétué."

***

CHANGER LE SYSTEME ET SE SOUVENIR DE QUI NOUS SOMMES


Kenneth Boulding (Économiste):

"Toute personne croyant qu’une croissance exponentielle peut continuer à jamais (infini) dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste."

Albert A. Bartlett (Physicien):

"La plus grande déficience de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle."

Goethe:

"Personne n’est plus en esclavage que celui qui croit à tort qu’il est libre."

Marshall McLuhan ("Gourou" des médias):

"Seuls les petits secrets doivent être protégés. Les grands sont gardés secrets par l’incrédulité du public."

Art. 35 Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793:

"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs."

Reginald McKenna (Ex-président du conseil de la Banque d’Angleterre du Milieu):

"J’ai bien peur que le citoyen ordinaire n’aimerait pas qu’on lui dise que les banques peuvent créer de la monnaie, et le font.... Et ceux qui contrôlent le crédit de la nation dirigent la politique du gouvernement et portent au creux de leurs mains la destinée du peuple."

John Swinton (Ancien chef du personnel du New York Times, Dans un discours à ses collègues journalistes.):

"Le travail du journaliste consiste à détruire la vérité, à mentir sans réserve, à pervertir, à avilir, à ramper aux pieds de Mammon et à vendre son pays et sa race pour gagner son pain quotidien. Vous le savez comme je le sais, alors qui peut parler de presse indépendante ? Nous sommes les pantins et les vassaux des hommes riches qui se cachent derrière la scène ..... Ils tirent les ficelles ... ET NOUS DANSONS."

Adolf Hitler:

"La plus grande partie de la population croira plus facilement à un gros mensonge qu’à un petit. Quelle chance pour les dirigeants que les hommes ne pensent pas."

Mahatma Gandhi:

"Vous participez à un système machiavélique de manière plus efficace en obéissant à ses ordres et décrets. Un tel système ne mérite pas l’allégeance. L’obéissance à ce système équivaut à s’associer à l’enfer. Une personne intelligente résistera de toute son âme à ce système diabolique."

Henry David Thoreau 1854:

"Je fus appréhendé et mis en prison parce que, comme je l’ai déjà cité dans les pages précédentes, je n’avais pas payé d’impôt, ou reconnu l’autorité de «l’Etat » qui achète et vend des hommes, des femmes, et des enfants comme du bétail, à la porte de son Sénat. J’étais allé aux bois pour d’autres raisons mais partout où un homme se rend, des hommes le poursuivront et leur feront part de leurs sales institutions et si ils le peuvent, ils le contraindront à rejoindre leur désespérante société de vieux camarades. Il est vrai que j’aurai pu résister avec plus de force, j’aurai pu être pris d’une crise de folie contre la société, mais j’ai préféré que ce soit la société qui soit prise d’une crise de folie contre moi, elle étant la partie désespérante."

William H. Borah:

"Le miracle est la patience avec laquelle les hommes et les femmes se sont de tout temps soumis aux fardeaux inutiles apportés par les gouvernements."

Anonyme (En référence au procès américain Penhallow vs. Gestionnaire de Doanes – 1795):

"Dans la mesure où chaque gouvernement est une personne artificielle, une abstraction et une seule créature de l’esprit, il ne peut intervenir qu’avec d’autres personnes artificielles. L’imaginaire n’ayant aucun caractère réel ou matériel, tout est mis en place pour l’empêcher de créer une parodie du tangible. Au niveau légal, cela revient à dire qu’aucun gouvernement, loi, agence, tribunal, etc. ne peut intervenir dans d’autres domaines que ceux qui concernent les sociétés, les personnes artificielles et les contrats qui les lient."

***

p.s.

N'OUBLIEZ JAMAIS QUE C'EST L'ÉTAT -PAR SA LOI- QUI LÉGALISE CETTE FAUSSE MONNAIE -ÉTATIQUE- BASÉE ET INVENTÉE À PARTIR DE RIEN. Il ne faut PAS faire comme presque tous nos "curés" modernes -médiatisés- et avoir de la haine contre les banquiers; ils ne font qu'évoluer dans le cadre LÉGAL (mais immoral!), de "l'état-dépendance"... comme nous tous d'ailleurs.

*

Comme geste individuel (inutile si peu le font...), la meilleure façon de "tuer" (sans violence), cette "bête immonde", c'est de ne PAS s'endetter !!! Car à chaque fois que vous utilisez votre carte de crédit/de débit, à chaque fois que vous endettez, etc, vous donner de la "force" à ce "monstre babylonien"... qui va tous nous asservir.

Sébas

Correction de ma dernière phrase:

"Car à chaque fois que vous utilisez votre carte de crédit/de débit, à chaque fois que vous VOUS endettez, etc, vous donner de la "force" à ce "monstre babylonien"... qui va tous nous asservir.

***


@ Derteilzeitberliner.wordpress.com qui écrit:

"Landspitali, l'hôpital national d'Islande, met sur son site internet ses tarifs pour patients non-assurés. On peut donc présumer leur ouverture à soigner des gens prêts à payer en espèces, quoique les Islandais doivent toujours payer une partie des soins de leur poche de toute manière."

***

Désolé d'être aussi raide:

Mais sur quelle planète vivez-vous?

C'est bien beau de penser UNIQUEMENT à sa peau... mais...

Bientôt il n'y aura plus aucun endroit où nous pourrons nous faire soigner... sans passer par des soins "bureaucratisés"... à moins de sortir complètement du monde "occimental"...

Parfois, il faut pensez aussi au "big picture"...

L'Europe (et l'Amérique aussi!), est en train de devenir une dictature centralisée. Connaissez-vous la recommandation 666 (de l'Europe) ?

En tout cas, vous pouvez bien être contre la démocratie directe.
Comme si le peuple pouvait faire pire qu'une élite "éclairée"... et comme si les votes populaires ne pouvaient -justement- pas donner la chance au peuple de réparer les erreurs -ce que les élites actuelles semblent ne JAMAIS faire...

Pierre-Yves

@Marianne:

"Pour information, les touristes peuvent aussi se faire soigner assez facilement en Europe. Entre la France et le Québec par exemple, existe une entente qui permet aux Québécois de se faire rembourser de leurs soins dépensés en vacances en France."

Me trouvant en France l'été dernier dans un petit village de bord de mer (du genre 500 habitants, une épicerie ouverte trois heures par jour, et aucun feu de circulation), une amie québécoise en visite s'est trouvée aux prises avec une très vilaine infection des bronches.

Je lui ai donc trouvé le numéro de téléphone du toubib au village vosin... ou elle a obtenu un rendez-vous pour l'après-midi même, et une ordonnance pour le traitement approprié a la pharmacie locale. J'aime autant vous dire qu'elle est tombée sur le c...!

Il est faux de prétendre qu'il n'y a pas de concurrence dans le système de santé français, c'est même la seule chose qui lui permette encore de fonctionner a un coût raisonnable.

Malgré tout les Canadiens continuent de s'accrocher avec la foi du charbonnier a un systeme d'inspiration soviétique, avec une structure de cout monopolisque qui représente un véritable racket pour le contribuable, et gobant les idioties que leur serinent les politiciens et la corporation médicale pour défendre leur petit fromage. C'est renversant!

Marianne

A Pierre-Yves. "Défendre leur petit fromage". Eh bien, ce n'est pas un si petit fromage : le revenu moyen (moyen !) d'un médecin au Québec est de 300 000 $ par an. Et encore, ce chiffre date d'il y a déjà quelques années. Revenu garanti en quelque sorte, sans concurrence fondée sur la qualité, directement sur les fonds du contribuable. Cela explique le corporatisme féroce.

Il n'y a rien de caché là-dedans, j'ai compris le système après mes premiers mois passés au Québec. Et je ne peux pas dire que j'enquêtais particulièrement sur le système. C'est bien pour ça que je trouve incroyable l'aveuglement de la population québécoise.

Bernard Hervé

WOW!

Ce clip n'est même pas une parodie... c'est exactement comme ca qu'ils pensent dans la réalité!

Sébas

@ Tous

Tant qu'une majorité des "faiseux d'opinions" (de gauche, comme de droite), diront que notre santé/notre éducation devront être des services publics collectivisés (pour aider les pauvres/les vieux et faibles? ... ceux-là qui souffrent le plus dans ce système!), nous (tous les occidentaux... veilli$$ants!) nous enfoncerons de plus en plus... dans la dette et les problèmes.

Je demande à tous ces individus / à tous ces "grands penseurs" de notre époque, pourquoi ils n'appliquent pas leurs élans de générosité/solidarité à 2 secteurs beaucoup plus vitaux, soit notre alimentation et de nos habitations ?

On voit bien qu'il y a quelque chose qui cloche dans leurs dogmes... et leurs bonnes intentions.

*

Par contre, si on n'élimine pas toutes les lois corporatistes (y compris la loi qui autorise la fausse monnaie); si on n'enlève pas presque toute la règlementation, la "privatisation" de la santé/de l'instruction, sera effectivement une catastrophe... sauf pour ceux qui ne feront pas partie de la classe pauvre ou moyenne(qui disparait de plus en plus).

C'est aux libertariens d'expliquer à tout le monde les bienfaits d'un monde vraiment libertarien et non pas d'un monde "corporatisé" (de gauche OU de droite...)


Libre Entreprise

@Sébas,

"Ne dirait-on pas une peinture de notre société ?"

Si Alexis de Tocqueville a écrit ça, cela veut dire que l'humanité n'a absolument pas progressé depuis ce temps. Bien au contraire.

Sébas

@ Libre Entreprise:

Les mêmes causes, donnent toujours les mêmes résultats.
En effet, non seulement nous progressons pas/plus, nous régressons... et à la vitesse grand V, "à part de'ça"...

Si peu comprend ou veut comprendre l'entière réalité dans laquelle nous vivons. Qu'ils soient athées ou croyants, petits ou grands, riches ou pauvres, presque tout le monde vit dans des illusions... certains plus que d'autres.

Presque tous les "grands" penseurs (médiatiquement populaires, en tout cas), de notre époque SONT DES LEMMINGS!

Tout comme le vrai le faux n'existent plus, tout comme le bien le mal n'existent plus, l'âme humaine n'existe pas/plus, pour la plupart des ceux qui se disent "intelligents" et "rationnels". Et pourtant, tout indique qu'elle existe.

En tout cas, je prédis que nous allons TOUS bientôt faire BEAUCOUP d'introspection. Le MUR DE LA RÉALITÉ arrive TRÈS bientôt. Les discussions idéologiques/politiques/philosophiques vont nous paraitre si inutiles...

Je n'ai rien d'autre à dire... pour l'instant.

Pour une école libre

Ils vont s'amuser au Conseil du Trésor...

http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2010/08/courchesne-sen-va-bilan-de-plus-de.html

David Gendron

@Pour une école libre

Pouvez-vous préciser un peu plus votre vision de l' "école libre"? Je vous envoie un aperçu de ma vision:

http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/07/03/il-faut-lutter-contre-lecole-pas-contre-le-decrochage/

Pour une école libre

D. Gendron, je vous propose de fureter sur le blogue. Je suis pour une intervention minimale de l'État dans l'Éducation (sauf sans doute une aide indirecte aux plus faibles et encore c'est à voir) et la limitation de l'immigration (car c'est la porte ouverte de l'intervention de l'État : il faut intégrer ces enfants immigrés et donc imposer plein de choses à tout le monde, un nouveau cours d'histoire, d'ECR, éviter les ghettos, etc.)

Lire par exemple :

http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2009/07/michel-de-poncins-privatiser.html

et une critique des écoles à charte comme solution miracle :

http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2009/07/fascination-francaise-pour-l-dobama-et.html

Sébas

@ Pour une école libre:

Je suis un chrétien catholique, mais contrairement à la plupart des chrétiens, ou des athées, ou des musulmans, ou de presque n'importe qui aujourd'hui, ma foi me pousse/m'incite à me "ranger" dans UNE SEULE "équipe": celle de la réalité (aussi dure ou plate soit-elle et ce, même si "elle" me "condamne" parfois, moi aussi... )!

Luc Phaneuf est un chrétien catholique, mais lorsqu'il parle de tout ça (ici: http://www.youtube.com/watch?v=G-R65H24p6M ) , et malgré son implication dans ce milieu, IL FAIT FAUSSE ROUTE sur presque toute la ligne. Oui lorsqu'il décrit les problèmes que nous subissons tous, il vise assez juste, mais PAS lorsqu'il parle des causes. Comme les Carl Bergeron ou M. Brassard de ce monde, comme TOUS les "grands" penseurs du Vatican "moderne".... sur UN sujet en particulier:


1) Qu'est-ce qui -principalement- cause le nivellement par le bas, généralisé ?

"l'état-dépendance NON-démocratique"

2) Qu'est-ce qui -principalement- cause la perte de foi et la forte augmentation de l'individualisme, la baisse de la solidarité, de la générosité ?

"l'état-dépendance NON-démocratique"

3) Qu'est-ce qui -principalement- cause les grandes inégalités, l'accroissement des écarts de richesse, la concentration de la richesse de fausse monnaie étatique....: ce sont -principalement- des interventions de;

"l'état-dépendance NON-démocratique"

4) Qu'est-ce qui -principalement- a permis aux Suisses de "scrapper" la réforme débile que nous subissons TOUS?

La démocratie DIRECTE ET une place moins grande accordée à "l'état-dépendance"... grâce -justement- au frein que représente la démocratie directe. !

Et oui tout cela est démontrable par des FAITS... mais non, presque personne (athées comme croyants!!!), OSE remettre en question la "sacrée" (mais pas sainte pantoute!), doctrine de "l'état-dépendance".

C'est vraiment rendu l'éléphant rose dans le salon "occimental"...

Tous devraient lire Tocqueville... et surtout le méditez !

Sébas

@ Pour une école libre qui écrit:

"sauf sans doute une aide indirecte aux plus faibles et encore c'est à voir"

*

Grand coeur va...

L'enfer en est pavé (de bonnes intentions de grands coeurs).
;-)

Et "satan" (pour ceux qui croient encore que Dieu existe), est le plus grand manipulateur (par les émotions), et imitateur du bien...

C'est UNIQUEMENT à cause d'idées comme celles-là (qui semblent siii belle, si "innocentes"), que nous sommes TOUS rendus dans la "gadoue"...

Et nous n'avons rien vu encore...
Et non je n'exagère pas.
Les mêmes causes donnent toujours les mêmes résultats.
Tocqueville n'était pas toqué !
;-)

Martin

Le Canada est vraiment une référence au niveau de la liberté d’expression...

http://www.canoe.com/infos/societe/archives/2009/11/20091114-063709.html

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2009/11/20091114-063708.html

http://tva.canoe.ca/emissions/tvaendirect/extraitvideodujour/86701.html

Pour ceux qui veulent appuyer Remy Couture:

http://www.facebook.com/home.php?ref=logo#!/pages/Accuse-a-la-cour-criminelle-pour-de-la-fiction/169071977598

Mathieu

Pour faire suite à hier, avec le clip à montrer à votre ami interventionniste.

Voici un article à lire absolument avec lui avant de débattre:

http://martineau.blogue.canoe.ca/2010/08/11/plus_gros_je_ne_vois_rien


Rien de mieux que de mettre un miroir devant ces gens.

Sébas

Euh, va falloir réaliser un jour que ce n'est PAS la majorité des individus de l'occident qui pensent comme ça...

Illusions fabriquées par des illusionnistes.

Et il n'y a pas de démocratie "icitte".

Il n'y a pas de libre marché non-plus. Au mieux nous pouvons nommer notre système du corporatisme (de gauche OU de droite).

Alors, les anti-peuples, ou pire encore, les anti-québécois (surtout sur Antagoniste), allez-vous finir par vous réveiller et arrêter de CROIRE les illusions... des experts en illusions ?

Je suis un populiste et fier de l'être, et vous?
Mais je ne suis pas du tout pour la médiocrité et les illusions soi-disant "éclairées" de nos élites actuelles, et vous?

"Pour un mouvement populiste québécois : l’exemple des Tea Parties (texte intégral)"
Par Luc Gagnon
http://www.egards.qc.ca/3983.php

*

Sur tous les enjeux importants, 9x sur 10, le peuple est plus sage que les élites (qui décident tout pour TOUS, derrière des portes closes). Et ils envoient ensuite leurs experts en "opinions publiques" au front pour faire croire aux naïfs que la majorité de la population veut ceci ou cela...

Mathieu

http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/pierre-foglia/201008/11/01-4305832-les-geants.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B40_chroniqueurs_373561_accueil_POS2

Discours d'un analphabète économique avec une belle plume. Le genre rationnel mais qui, économiquement parlant, doit confondre Keynes et Hayek, le corporatisme d'État et le capitalisme libéral.

Pierre Foglia, Cyberpresse:
«Parmi les géants de la pensée recensés par le Nouvel Obs, ce Maurice Allais, Nobel d’économie, qui a littéralement tricoté le néolibéralisme avec Hayek et Friedman dans les années 40, au sein de la célèbre et sulfureuse Société du Mont-Pèlerin.

Sauf que, depuis, Allais a changé d’idée: il est presque devenu altermondialiste. Je vous en parle parce qu’il est la preuve vivante que les géants de la pensée sont souvent, au début, de petits cons.

Ça prend du temps pour devenir un géant: Allais aura 100 ans l’an prochain et moi, 70 cet automne.»

David Gendron

@Pour une école libre

Je vais laisser tomber la partie raciste de votre commentaire et m'attarder sur ceci:

"Je suis pour une intervention minimale de l'État dans l'Éducation (sauf sans doute une aide indirecte aux plus faibles et encore c'est à voir)"

Donc, seriez-vous en faveur de l'abolition de l'école obligatoire? J'ai peut-être raté quelque chose dans votre blogue à ce sujet.

Sébas

@ David Gendron:

Je suis pour une diminution drastique de l'immigration... tant que l'état-providence et "l'état-impérialiste" existera. Suis-je raciste?

@ Mathieu:

Foglia est un illusionniste. Il n'est pas méchant, il est seulement un jongleur de mots. Si la plupart des économistes disent à peu n'importe quoi par rapport à l'économie, imaginez-vous les gens dans "l'épaisse". Ils sont presque tous de véritables marxistes, déguisés. A part quelques rares exceptions.

p.s.
Je me demande comment les gens font pour lire ce genre de truc, jour après jour, et rester calme. Moi lorsque quelque chose me fait vomir presque à tout, j'évite d'ingurgiter. Je n'achète ni ne lis ce genre de truc sur internet. J'ai d'ailleurs résister à la tentation d'ailler lire: "starve the beast!"

David Gendron

Vous n'êtes peut-être pas raciste mais vous jouez leur jeu.

Ce n'est pas l'immigration qui est le problème mais le fait d'être contraint à payer des taxes.

81% des américains sont en faveur de l'amnistie pour les immigrants illégaux travailleurs, dont 78% des blancs:

http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2010/07/30/les-immigrants-volent-nos-jobs-une-large-majorite-de-blancs-americains-ne-croient-plus-a-cette-connerie/

Pierre-Yves

@David Gendron

"Ce n'est pas l'immigration qui est le problème mais le fait d'être contraint à payer des taxes."

Le problème n'est pas l'immigration en tant que telle en effet, mais la prise en charge obligatoire, par les contribuables de la société hôte, de flux migratoires déterminés arbitrairement et bureaucratiquement par l'État.

En pratique, le Québec pratique depuis des années un rationnement "de-facto" de l'immigration - par étranglement progressif des opportunité économiques disponibles aux immigrants.

En gros, vous pouvez immigrer au Québec si 1) vous avez suffisamment de points pour satisfaire aux critères administratifs - fonction principalement de l'éducation -, mais 2) vous êtes quand-même disposé malgré vos diplômes et votre expérience à vous contenter d'une MacJob.

Évidemment, ça fait des frustrés de chaque bord. Pourtant l'Ontario acceuille trois fois plus d'immigrants que le Québec et n'en est que plus prospère. En dépit des billevesées serinées par le ministère de l'immigration et des communautés culturelles, il était 10 fois plus facile il y'a 30 ans pour une personne entreprenante et qualifiée d'immigrer au Québec et de s'y faire une place au soleil, au bénéfice de tout le monde.

Historiquement l'immigration n'a jamais été un problème dans les sociétés ouvertes, ou l'immigrant ne peut compter que sur ses compétences et son entreprenariat, mais ou d'autre part on ne lui met pas des bâtons dans les roues à tous les coins de rues pour l'empêcher d'exercer un métier décent (les ordres professionnels par exemple).

La gestion étatique de l'immigration, d'une part produit des perdants en attirants des immigrants sous de fausses représentations, pour les condamner à la précarité économique, et d'autre part produit des xénophobes en forçant les contribuables à payer pour les dégâts ainsi causés.

Une illustration parfaite de ce que les gouvernements sont, en l'absence de contrôles constitutionnels et de restrictions draconiennes sur leur champs d'intervention, des problèmes déguisés en solutions.

Sébas

LOL

Admettons que j'aime la musique classique, que je ne fume pas (je fume, mais passons...), que je suis végétarien (pas pantoute, mais passons!), et que je suis discipliné (même que je mène une vie vertueuse, selon les standards des chrétiens..), comme Hilter, je joue son jeu?

F-r-a-n-c-h-e-m-e-n-t David... c'est du sophisme à l'état pur...

***

"Ce n'est pas l'immigration qui est le problème mais le fait d'être contraint à payer des taxes."

Hein?

C'est vous qui semblez raciste là, car vous vous foutez de la VIE des immigrants et vous pensez seulement à VOS sous...
;-)

A ce jeu, nous sommes tous perdants, alors, svp, soyons sérieux un peu, et laissons les insultes aux étatistes qui n'ont JAMAIS d'arguments... (surtout par rapport à CE genre de sujet "délicat").

L'immigration telle que pratiquée aujourd'hui, i.e. sur une grande échelle EST UN problème en soi... car presque personne analyse ce qui pousse tous ces individus à vouloir quitter leur pays natal... (voilà pourquoi j'ai parlé de l'état-impérialiste...).

Et l'immigration dans le contexte actuel, fait baisser les salaires de tous et de plus en plus vite...

Et l'immigration actuelle, coûte beaucoup plus cher que ce qu'elle rapporte. En réalité, cela est même mauvais pour les finances publiques. (là, je parle pour ceux qui disent que l'immigration est bonne pour la survie de "l'état-dépendance" ou de nos programmes "chochiaux"...).

L'immigration fait VIEILLIR la population, plus rapidement...

Alors oui, dans un sens, les taxes (ou la dette du pays?), de tout le monde -immigrants inclus- vont augmenter, mais selon moi, ce n'est par "ce" bout de la lorgnette qu'il faut prendre ce problème.

Selon moi, il faut s'attaquer aux dogmes qui incitent nos étatistes/corporatistes (de gauche OU de droite), à favoriser l'immigration de masse, et ils (i.e. leurs dogmes), sont TOUS (sans aucune exception), faux !


Sébas

Pierre-Yves:

Ouais, la LOI sur les corpos professionnelles (qui EST 100% inspirée par le fascisme, soit la "fusion" de l'état et de ces corpos!), est TRES mauvaise pour les immigrants.

Et nous ne pouvons plus appeler ça du "libre marché", quand TOUS les prix (de ces professionnels), sont fixés par des règlements internes. Les dentistes, avocats, etc, n'évoluent pas du tout dans un libre marché, mais les étatistes (de gauche), disent que si les prix sont élevés, c'est à cause du "néolibéralisme" LOL

Hier, j'ai justement lu ce texte d'André Dorais;

Extrait:

"On dit que le Québec a besoin de travailleurs, mais depuis des décennies on enregistre presque toujours le pire taux de chômage au Canada, à l’exception des provinces maritimes, et le nombre de prestataires d'aide sociale est toujours plus important au Québec qu'en Ontario, où la population est pourtant 65% plus élevée (12.7M vs 7.7M). On peut toujours dire qu’on a besoin de travailleurs, mais ce n’est pas par manque d’individus aptes à l’emploi. C’est qu’il coûte cher de payer des gens à ne rien faire et plus cher encore à payer ceux qui travaillent à alourdir la législation et la réglementation, accroître les «programmes sociaux», les impôts et les taxes. L’omniprésence de l’État, des syndicats et des corporations professionnelles constitue un coût énorme à l’emploi et à la création de richesse.

L'immigrant au Québec se retrouve davantage au chômage et à l'aide sociale qu’ailleurs au Canada non pas parce que le québécois est raciste ou xénophobe, mais parce que l’État l’étouffe. L’État a non seulement une mainmise sur plusieurs secteurs d’activités, mais il octroie aux syndicats, aux corporations professionnelles et aux organismes sans but lucratif un pouvoir qui ne se retrouve pas ailleurs en Amérique du Nord. Ce pouvoir provient de subventions et de réglementations qui excluent la concurrence. Il est difficile de réaliser que ces organisations et ces pratiques nuisent davantage aux travailleurs qu’elles ne leur aident, car à l’instar du gouvernement, elles ne cherchent pas à nuire délibérément. Leur nuisance est intrinsèque au pouvoir et aux privilèges qui leur sont octroyés sur la base erronée qu’elles sont ou bien nécessaires ou bien améliorent les mécanismes de marché."


Texte complet:
http://magazinenagg.blogspot.com/2007/11/emploi-et-immigration-au-qubec.html

Pierre-Yves

@Sebas:

http://magazinenagg.blogspot.com/2007/11/emploi-et-immigration-au-qubec.html

C'est une excellente analyse.

Sébas

Ouais, il y a tellement de penseurs au Québec, tellement d'individus qui DEVRAIENT se retrouver dans les médias, mais ils doivent presque tous se réfugier ici... ou sur d'autres bons sites/blogues.

Nous avons -trop souvent- droit à "des jongleurs de mots" professionnels (ou "expertssssss en communication"), qui ne maitrisent que rarement leurs sujets...

En passant, un gros merci (encore!), à Martin Masse, je ne cesse de découvrir à quel point tu étais "avant-gardiste"...

Je viens de découvrir André Dorais, mais pas toi:
http://www.quebecoislibre.org/apdorais.htm
;-)

Sébas

Pour faire rire -jaune?: pour ceux qui peuvent encore réfléchir par eux-mêmes!- voici :


Notre société et les singes bonobos

http://jeantardy.net/index.php/fr/essais/3-publiees/20-conjecture-bonobo

p.s.
Bon je me fais violence et je n'écris plus pour quelques jours...

Frankyb

Article intéressant sur Bloomberg:

http://www.bloomberg.com/news/2010-08-11/u-s-is-bankrupt-and-we-don-t-even-know-commentary-by-laurence-kotlikoff.html

Et une analyse plus poussée du même article:

http://market-ticker.org/archives/2572-How-Did-The-Word-Ponzi-Get-Into-The-MSM.html

C'est-ce qui nous attend. Peut-être pas d'ici Noël, mais ça s'en vient. Et quand on sait à quelle point l'économie canadienne dépend de son voisin du sud, ça déprime un peu.

Aura-t-on un jour la chance de voir le même calcul sur le Québec dans un de nos grands médias? J'en doute...

B. Vallée

Le pseudo « débat » entourant le recensement se poursuit. Comme prévu, les célébrants du culte socialiste se réclament de la « science » pour justifier la collecte d'informations personnelles sous la contrainte.

À CHOI, ce matin (ô horreur, la sinistre radio-poubelle !), un petit con appartenant au bloc québécois plaidait pour le recensement obligatoire. Selon lui, les « chercheurs » et les universitaires ont besoin de données fiables pour aider l’état à élaborer de nouveaux « programmes ». On ne saurait être plus clair… Ah, monsieur, on ne rit plus : devant « l’université » et les « chercheurs », on doit s’Incliner très respectueusement , nous les misérables quidams qui arrivons à vivre sans doctorat, dans les ténèbres de l’ignorance…

Et ce petit con en a rajouté, en affirmant que dans un Québec indépendant, qui sera sans doute le paradis des libertés individuelles, il y aurait un recensement obligatoire, comme il se doit.

Ce genre d’arguments ne devrait pas nous surprendre. Ça fait plus d’un siècle que les socialistes se réclament de la « science », de la « culture » et de « l’éducation » pour mieux lessiver les cervelles, et domestiquer les individus trop égoïstes, trop turbulents à leur goût. Mais il ne faut jamais oublier qu’il s’agit d’abord de leur vision POLITIQUE de la science, de la culture et de l’éducation. Une vision toute relative, et très discutable, n’en déplaise au petit con du BQ…

Pierre-Yves

@B.Vallee

"Et ce petit con en a rajouté, en affirmant que dans un Québec indépendant, qui sera sans doute le paradis des libertés individuelles, il y aurait un recensement obligatoire, comme il se doit."

Voilà pourquoi l'indépendance du Québec fait peur: le spectre d'un fascisme rampant. Et ils croient en leur conneries en plus...

B. Vallée

À Sébas

« Nous avons -trop souvent- droit à "des jongleurs de mots" professionnels (ou "expertssssss en communication"), qui ne maitrisent que rarement leurs sujets... »

En effet. Moi aussi j'en ai plein le c... de ces soi-disant « libres penseurs » et de ces « esprits éclairés » dont les médias bien-pensants (et surtout Radio-Can) nous servent la tronche à outrance, jusqu'à l'écoeurement... Des « libres penseurs » qui ne sont, la plupart du temps, que des socialistes recuits, qui nous servent des opinions ultra-convenues ou des truismes décorés en perles de sagesse...

Tiens, il y a quelques minutes, à Radio-Can, je voyais la terrifiante cinéaste (évidemment subventionnée !) Micheline Lanctôt, digne représentante de ce que le « plateau » a de plus méprisable et de plus arrogant. Et cette chère madame Lanctôt, grande partisane des politiques culturelles de l'état québécois (elle en profite !), se vantait d'appartenir à une longue lignée de ... libres penseurs !

Pénible, vraiment, pénible !

à Mathieu

J'ai lu le texte de Foglia. Ce bonhomme est vraiment répugnant. Ça ne vaut même pas la peine de discuter son verbiage faussement provocateur de vieux socialiste narcissique...

Pierre-Yves

@B.Vallée:

"Ça ne vaut même pas la peine de discuter son verbiage faussement provocateur de vieux socialiste narcissique.."

Un nain de la pensée quoi.

Sébas

@ B. Vallée:

Mais dites-moi sérieusement, êtes-vous masochiste?
;-)

Je n'ai vraiment plus de télé depuis... depuis que j'ai réalisé à quel point c'était du "n'importe quoi". Et comme un gauchiste disait -je cite de mémoire (ils ont parfois raisons...), "il faut être con pour louer notre cerveau à plein de publicistes". Les pires sont ceux qui payent le cable en plus...

Nous sommes ce que nous lisons, écoutons, etc.

Comme nous sommes ce que nous mangeons...

Plus nous écoutons/lisons de la m**de, plus nous devenons cons et superficiels (ou frustré?)... car -à part quelques exceptions au Québec (et en occident?)- presque tout est soit immensément superficiel ou carrément 100% étatique... donc oppressif.

En tout cas, libre à vous de faire ce que vous voulez, je veux seulement essayer de vous rendre la vie plus agréable...


***

Autre sujet:

Joseph Facal demande:

"Que faire ?"
11 août 2010 par Joseph Facal
http://www.josephfacal.org/que-faire/

1)
S'il est sincère: Être "révolutionnaire" et dire la vérité?

I.e., arrêter de faire semblant que la politique -en haut lieu- n'est pas contrôlé de A à Z (ou presque).

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

-George Orwell


2)
Comprendre les idées de Gilles Laplante (un de ceux qui commentent):

"Dans les années 70, j’étais souverainiste, j’ai même cotisé à la caisse du PQ, mais j’ai réalisé au début des années 80 vers quoi le socialisme et les politiques de gauche nous conduiraient. Et nous y sommes. Pas question pour moi, dans ces conditions, de donner à des gens avec si peu visionnaire le mandat de créer un pays."

C'est exactement ma pensée.

Je ne suis plus capable de lire et d'entendre ceux qui disent que nous devons régler la question nationale AVANT de régler tout "l'reste".

Ça fait 40 ans que nos "grands penseurs" disent ça et ça fait 40 ans que le Québec s'englue dans le corporatisme (de gauche OU de droite).

Non, RIEN n'est plus urgent pour moi et pour de pour en plus de Québécois, de s'attaquer aux problèmes que LES QUÉBÉCOIS ont créé dans LEUR champ de compétence...

-Abolition de la Formule Rand (très anti-démocratique)

-Abolition de la LOI fasciste sur les corpos professionnelles: faudrait que nos "élites" réalisent à quel point cette loi est débile... oui, oui, au nom de la paix "chochiale", nous avons plein de lois de ce genre, mais cela reste du fascisme, et cette loi est vraiment UNIQUE au monde.

-Abolition de la permanence OU impossibilité pour les employés étatiques (de tous les paliers) de se syndiquer. Les normes/lois du travail du Québec sont déjà parmi les plus élaborées au monde.

- Abolition de toutes les lois débiles qui favorisent le corporatisme dans le secteur de la construction.

- Abolition des obligations de cotiser à toutes les assurances obligatoires du Québec (RRQ, ass. parentale;, ass. maladie, etc)

-Etc

C'est "nous" et UNIQUEMENT le Québec qui a mis en place toutes ces débilités liberticides... et contre-productive.

Oui dans "l'temps", tout ça pouvait répondre à certains besoins, mais là, le Québec -par SA faute- étouffe !!!

10-4 ?

Sébas

(je sais que cela donne rien d'écrire tout ça, que c'est déjà trop tard, mais je m'essaye quand même: "ils" ne pourront pas dire que nous n'avons pas essayé...)

Et la liste est vraiment longue:

- Abolition des commissions scolaires et remplacées par RIEN

- Abolition des Régie régionales et remplacées par RIEN

Donc redonnons la pleine LIBERTÉ (de gestion) aux écoles et hopitaux...
Les infirmières sont en train de SOUFFRIR LE MARTYRE ET SE SUICIDENT DE PLUS EN PLUS.

"Vague de suicides chez les infirmières"
http://lcn.canoe.ca/lcn/infos/regional/archives/2010/08/20100811-155631.html

Et appliquons -au plus sacrant !!!- les idées de LISE PAYETTE (LIRE: http://www.leblogueduql.org/2010/05/des-propos-libertariens-dans-le-devoir.html ), ou s'inspirer de la Suède: oui, oui, une personne et un pays qui ne peuvent être qualifiés de "troll libertarien" (lu sur le blogue de Lisée!!!, j'en ris encore... ils ne savent plus quoi dire, à part nous insulter !)

***

Sérieusement, nous pourrions dérèglementer pendant 10 ans, secteur par secteur, et il resterait encore beaucoup de "gras"...

-Le Québec ÉTOUFFE !!!

-Le Québec est en train de perdre toutes les "guerres".

-Notre déficit budgétaire est ÉNORME (10 000 000 000 $ PAR ANNÉE = ce sont les chiffres du ministère des finances):

DETTE BRUTE (Québec)

2009 = 151 385 000 000
2010 = 160 117 000 000
2011 = 170 599 000 000
2012 = 180 084 000 000

Que va-t-il arriver à ces "belles" projections, si les taux d'intérêts, montent beaucoup ?

Source:
http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/2010-2011/fr/documents/PlanBudgetaire.pdf
(page 6)

- Le Québec dépend de plus en plus de la péréquation du Fédéral... pour SURVIVRE !

-La productivité du Québec EST dans les bas-fonds (par rapport à nos compétiteurs nord-américains)

-Nous avons ici PLUS DE FONCTIONNAIRES (syndiqués, il va de soit) per capita (tous paliers étatiques confondus), que n'importe qui d'autre en occident !

- Notre entreprises étouffent dans la règlementation. La dernière folie: la loi qui encadre le secteur des agences de sécurité! Ouate de phoque, une formation pour agents de sécurité? Voulez-vous bien me dire à quoi cela sert? ?????????????????

Autre exemple: les médias d'ici dénoncent beaucoup les formations loufoques de nos fonctionnaires, mais rarement ils disent d'où vient cette folie: UNE LOI S'T'FAIRE. La loi dit du 1% (de formation). UNIQUE au monde, encore ! Bravo Québec !

-Notre déficit commercial de cette année sera d'environ 12 - 15 000 000 000 $ :

"Pour la première fois, en 2004, le Québec a enregistré un déficit commercial. Déficit modeste de 600 millions, certes, mais même un petit déficit, quand vous êtes habitué à nager dans les surplus depuis des années, constitue une mauvaise nouvelle. Par la suite, ce fut la descente aux enfers: le déficit commercial est passé à 6,2 milliards en 2005, 11 milliards deux ans plus tard, 16,5 milliards en 2008. C'était moins pire l'an dernier avec 12 milliards, mais il y aurait quelque chose d'incongru à parler d'« amélioration» quand vous êtes aux prises avec un trou de 12 milliards."

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/claude-picher/201007/02/01-4295120-la-tragedie-des-exportations.php

-Notre dette est IMMENSE...

Etc et etc.


***

Pas besoin d'un Ph.D. en mathématique, en statistique, en finance, en administration publique, etc, pour comprendre ce qui nous attend !

Il ne faut pas se laisser endormir par ceux (presque exclusivement des pro Formule Rand), qui disent "qu'il n'y a rien là"... que "tout va pas si tant pire".

C'est faux !
C'est faux !

Ce sont de purs inconscients ou de véritables lemmings, égoïstes en plus !

Pierre-Yves

@Sébas:

C't à peu près le temps que vous vous lanciez en politique mon ami.

Sébas

Un mot: Eurk !

Es-tu en train de me dire que je suis un bon manipulateur et que ce que je dis n'est que de la poudre aux yeux ?
;-)

Je veux que la politique sorte de nos vies, s't'faire...

Et il y a une façon de le faire: PAS ENDOSSER LEUR SYSTÊME qui n'a rien de démocratique.

Nous sommes cuits et tu-vous le sais-savez

p.s.
Vu que je prends ta dernière intervention un peu mal, je rajoute:
Contrairement à ce que tu prétends un peu plus haut, l'immigration de masse n'est pas beaucoup mieux pour l'Ontario que pour le Qc....
;-)

Mathieu NV

Le problème avec le projet nationaliste Québécois est qu'il est uniquement basé sur une espèce de logique que l'état-nation doit être plus gros et plus dirigiste pour justifier des positions collectivistes.

Pour les supposées élites bien-pensantes comme celles de la SRC entre autres qui pensent ou qui veulent faire penser qu'ils ont le monopole de la vérité, autant dire que ceux-ci savent très bien qu'il est très dangereux de faire réfléchir la population. Même le traitement de la politique internationale est tellement biaisé qu'ils font simplement induire la population en erreur de façon volontaire tout en refusant de laisser réfléchir l'individu pour qu'il arrive à ses propres conclusions.

Pour les problèmes du Québec, c'est simple, lorsque sont-ci vont arriver, la classe politique va trouver des groupes à qui blâmer! Ce procédé existe depuis que les états existent!

PhilTex

Question:
Dans les médias, on semble croire que la déflation (plus que l'inflation) menace l'économie. j'ai lu çà ce matin je ne me souviens plus où. ( Le devoir, la Presse ou le Soleil )
Je croyais qu'avec l'avalanche de faux-argent sous laquelle les gouvernements nous avaient ensevelis, ce serait l'inflation qui serait à craindre.
Quelqu'un pourrait m'expliquer?

Sébas

PhilTex:

Il y a 2 "mondes" qui s'affrontent !

1, il y a le véritable marché libre:

Ce que nos ancêtres ont connu pendant des siècles et qui donnent de bons fruits, dont des prix qui baissent (avec toutes avancées technologiques ou amélioration des méthodes de travail), peu ou pas d'endettement, beaucoup de compétition non-malsaine, etc;

et 2,

Le capitalisme "JEU DE MONOPOLY" ou "keynésien", basé sur de la fausse monnaie ÉTATIQUE, qui donne l'endettement GÉNÉRALISÉ (des états, des individus, etc), et une hausse de prix constante (si les prix baissent dans le secteur technologique, c'est que les gains "technologiques" sont plus grands/rapides que l'inflation -généralisée- induite par le système de fausse monnaie étatique: sans cette monnaie, les prix de tout, baisseraient), une concentration du -faux- capital entre quelques mains, donc -à terme- une baisse drastique de la compétition, etc.


Donc, voici un grossier résumé (il y a des nuances à faire, mais passons):

1) Argent basé sur quelque chose de réel et non inventable à partir de rien = épargne élevé bon = baisse de prix bon = déflation bon.

2) Argent "keynésien" basé sur rien = endettement généralisé bon = hausse de prix bon = dettes bonnes = inflation bon.


***

Nous pourrions changer tout ce système (pourri) et voué à s'écrouler (c'est vraiment des mathématiques simples à comprendre), avec seulement un peu de bonne volonté politique de TOUTES nos élites, occidentales.


***

Et j'ai écrit ce message (en haut complètement, le 11 août 2010 à 02h11):

Question aux ALAIN SORAL de ce monde:

Comme vous dites, si les banquiers privés ne peuvent plus inventer de la fausse monnaie étatique à partir de rien, l'état ne sera plus endetté... mais n'est-il pas aussi vrai que l'inflation n'existera PLUS (sauf pour de rares évènements catastrophiques!)... et que TOUT SERA MOINS CHER (et de moins en mois cher !... grâce à tous les gains de productivité de la techno!), et que l'argent (réel, celui-là!), que nous épargnerons tous (au lieu d'être TOUS endettés, comme des cons), couvrirons TOUS nos besoins, y compris nos retraites ? (Marx -que vous affectionnez- n'en parle-t-il pas un peu?).

*** Alors -svp, dites-moi- à quoi servira "l'état-dépendance" dans un tel contexte ? ***

Oui il restera des pauvres et des inégalités (il en restera TOUJOURS! Et d'ailleurs, dans notre soi-disant monde égalitaire/solidaire basé sur la FAUSSE monnaie de l'état-providence, les inégalités existent et AUGMENTENT, sans cessent !!!)... mais n'est-il pas vrai que si "l'état-dépendance" (i.e. l'état-providence), ne nous vole pas DE FORCE autant d'argent et que si cet état ne nous rend pas de plus en plus dépendant et "robotisé" (par ses millions de lois et règlements, en augmentation parabolique), de LUI (donc, de moins en moins solidaires entre nous), les gens seront beaucoup plus solidaires, mais de façon non-forcée ?


***


@ Mathieu NV:

Pas mal d'accord avec vous.
Qui pensez-vous sera blâmé... à part "le peuple"... qui a élu -démocratiquement (sic)- ces politiciens ?
;-)
Je crois bien que l'introspection -pour nos élites anti-démocratiques-, ce n'est pas leur fort... et pourtant, nous allons TOUS souffrir !
;-(

Sébas

@ PhilTex, je n'ai pas bien répondu à votre(cette), question:

"Je croyais qu'avec l'avalanche de faux-argent sous laquelle les gouvernements nous avaient ensevelis, ce serait l'inflation qui serait à craindre.Quelqu'un pourrait m'expliquer?"

*

Donc, plus précisément, effectivement la déflation est à nos portes, car nous nous le voyons aux États-Unis, les individus étant trop endettés pour continuer à consommer, le bulle immobilière et boursière a donc éclaté, et les individus et entreprises se remettent à épargner, ce qui, dans notre système, soutenu par l'endettement croissant et la consommation à environ 70%(ce qui est absurde et insoutenable à long terme!... mais pas dans un système "keynésien)), n'est pas bon.

Mais cela n'explique pas tout. Il y a plusieurs phénomènes qui se passent en même temps.

Il ne faut SURTOUT pas se fier aux "économistes" (à 98-99% des keynésiens, qui plus est de piètres penseurs), pour comprendre ce qui se passe.

Il ne faut PAS non plus se fier aux statistiques "officielles" pour comprendre toute la réalité.

Martin Masse serait vraiment meilleur que moi pour expliquer certains de ces phénomènes.

p.s.
J'aime bien ce site pour comprendre certains de ces phénomènes:
http://www.shadowstats.com/


Mathieu NV

@Sébas:

Tu connaîs cet économiste Suèdois libertarien? Autant dire que son dernier documentaire démontre clairement ce que tu mentionnes.

http://www.johannorberg.net/

Etienne_C

Un autre exemple de propriété bafoué:

Nous avons fait une offre d'achat pour un terrain, le terrain étant reculé, il nous faut une dérogation mineur. Le problème le voila: la municipalité me dit que ma dérogation ne passera pas car les élus ont d'autres projets pour ce terrain.
J'ai l'impression de me faire voler...

Le pire, c'est que notre projet est une maison intergénérationnelle écologique, me semble que c'est vendeur, d'ailleurs le vendeur du terrain est motivé à nous vendre par ce que le projet est intéressant. Mais nous sommes semble t'il égoïstes car nous voulons cet immense terrain (4 hectare) pour nous. Pour le propriétaire actuelle, son terrain vient de perdre énormément de valeur, car la municipalité bloquera tout projet qui n'est pas le leur...(j'aimerai signalé que la municipalité ne veut pas payer pour passer une route ni acheté le terrain, elle veut un promoteur bien précis). Un amis me dit : "tu vois, c'est mauvais le capitalisme." Comment lui faire comprendre que le capitalisme ce n'est pas ça...

Ma femme et moi nous appelons au ministère de affaire municipale et on se fait dire que notre projet est de l'urbanisme des année 60 et que le Québec moderne ne veut plus de ça.

Mathieu NV

Dans un vrai libre marché, si tu achètes le terrain, tu peux en faire l'usage que tu veux à condition que cela ne vienne pas contre les libertés d'autrui.

Or, c'est le corporatisme qui est le problème dans ce cas et non le capitalisme en tant que tel. Il est évident que certaines municipalités sont composées de cliques qui font de pair que le régime est quasiment du communisme, avec souvent certains terrains qui sont réservés aux amis surtout que pour leur usage personnel. Est-ce que la solution serait alors d'aller en Territoire non organisé? Logiquement, je crois qu'un TNO est généralement beaucoup moins pointilleux sur l'utilisation du terrain pour des utilisations personnelles sous fait que les services offerts sont minimaux car la juridiction reporte directement à la MRC.

Cependant, juste une question à vous tous, serait-il possible pour un individu et un groupe d'individus d'acheter du terrain (en toute légalité) pour avoir une communauté donnée dans un territoire non-organisé un peu à l'image de certains comtés avec un faible densité de population au Nevada qui ont des politiques très libertariennes sur divers points de vues.

Mathieu

@Etienne_C:

Même un petit gouvernement municipal, c'est encore de trop.

Ces «petits rois» élus du village t'en donnent l'exemple.

Libre Entreprise

@Sébas,

Bof, c'est pas grave, la fin du monde arrive en 2012 alors on n'aura pas besoin de repayer la dette, LOL !

Si je dois $10,000 à la banque, j'ai un problème, si je dois $1,000,000 de dollars à la banque, alors là c'est la banque qui a un problème, LOL !

"DETTE BRUTE (Québec)

2009 = 151 385 000 000
2010 = 160 117 000 000
2011 = 170 599 000 000
2012 = 180 084 000 000

Que va-t-il arriver à ces "belles" projections, si les taux d'intérêts, montent beaucoup ?"

Sébas

@ Etienne_C et Mathieu:

Je crois (mais pas certain que cela puisse s'appliquer dans votre cas), qu'il y a une façon intelligente et démocratique de régler ce problème:

"Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités"
http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?file=/E_2_2/E2_2.html&type=2

***

"LE RÉFÉRENDUM APPROBATIF

Quelques lois municipales (Code municipal, Loi sur les cités et villes, Loi sur l'aménagement et l'urbanisme) obligent les municipalités à faire approuver certaines de leurs décisions par la population avant qu'elles puissent entrer en vigueur. La plupart des emprunts à long terme de même que certaines modifications au règlement de zonage ou au règlement de lotissement sont notamment soumis à cette approbation.

Contrairement au référendum consultatif, les résultats d'un référendum approbatif engagent le conseil municipal qui doit abandonner son projet si la population s'y oppose majoritairement. Rien n'empêche cependant un conseil municipal de demander à la population d'approuver une décision après un premier refus.

Démarches

Pour de plus amples renseignements, s'adresser à sa municipalité. "

http://www.formulaire.gouv.qc.ca/cgi/affiche_doc.cgi?dossier=3176&table=0

*

Dommage que la démocratie directe n'existe pas au niveau provincial...

Mais à votre place, je trouverais un autre terrain... dans un endroit.
Ce n'est comme si le Québec, c'était Manhattan...
;-)

***

@ Mathieu NV:

Je suis allé voir ce site, avez-vous un lien direct vers le dit documentaire?
http://www.johannorberg.net/

Pour les territoires non-organisés je trouve que vous avez là un bonne idée:

Oui il est possible de faire ce que vous dites;

Voici ce que j'ai trouvé comme loi:
CHAPITRE II
TERRITOIRES NON ORGANISÉS
http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/O_9/O9.html

Suffit de trouver un (ou des) terrain(s), de les acheter, ensuite "d'envahir/occuper" la MRC pour être certain qu'il ne vienne pas vous faire ch**r...
;-)

p.s.
Ça vous tente? Moi oui en tout cas.
;-)

Sébas

correction:

"ensuite "d'envahir/occuper" la MRC pour être certain qu'ilS ne vienNENT pas vous faire ch**r..."

Libre Entreprise:

"Ben non, ben non, tout va bien, tout va bien, c'est démocratique et transparent ici, mes ministres sont libres et j'ai les 2 mains sur l'volant et le pied dans l'fond yvon"

Pas besoin de vous dire qui serait capable de nous dire ça, le sourire niais en prime...

Sérieux, si tous les états occidentaux décidaient demain matin de reconnaitre que la monnaie -fictive- actuelle n'est pas constitutionnelle (elle ne l'est d'ailleurs pas!), les banquiers seraient dans la grosse ma-ma*de...

Libre Entreprise

@Sébas,

Soyez patient, dans une couple d'années, TOUT LE MONDE va savoir que la monnaie fiduciaire n'est pas constitutionnelle ... quand elle aura perdu beaucoup de sa valeur à cause de l'inflation LOL !

Alors là, le petit peuple verra ses maigres économies fondre comme neige au soleil, les "riches" deviendront PAUVRES et ni les élites ni les médias ne pourront taire la vérité sur le déclin du niveau de vie en occident.

Quand une once d'or vaudra $5,000, les médias ne pourront plus nous mentir et les élites ne pourront plus faire d'excuses.

On va tous finir par devoir admettre que la monnaie fiduciaire est non seulement inconstitutionelle, elle est complètement irréelle et fausse.

Quand elle ne vaudra plus rien à cause des politiques monétaires inflationnistes des états occidentaux, le monde n'aura d'autres choix que d'admettre cette évidence.

Un peu de patience, au rythme où vont les choses, je mets à peine 2 ans avant que le monde ne se réveille.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Citations

  • « L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

    – Frédéric Bastiat, 1848

Visitez le QL

Ma Photo

À propos du Blogue du QL

Faites une recherche


Groupe Facebook